Gerhard Richter, monographie et atlas - ARTEFIELDS

Gerhard Richter, monographie et atlas

Gerhard Richter

Sélection d'articles parus dans Artefields

gerhard-richter_venedig_paintings

Gerhard Richter, série vénitienne

28 février 2018

Gerhard Richter dans la série consacrée à Venise donne une sorte d’image concentrée de sa carrière où l’essentiel est la surface picturale.

gerhard-richter_paintings_contemporary-art

Gerhard Richter vs Anselm Kiefer

23 février 2017

Anselm Kiefer « vu » par Gerhard Richter ! Note du peintre dans le receuil « Textes », 1962-1993 : Ce n’est pas de la peinture. Il leur manque l’essentiel…

gerhard-richtereisbergicebergpaintinghyperrealismromantismsothebyslondon2017auction

Gerhard Richter, « iceberg »

8 février 2017

Gerhard Richter avec « Eisberg » signe un de ses tableaux les plus aboutis dans le registre photo réaliste, bien qu’il soit, au final, quelque peu atypique car teinté d’un pathos qu’il s’est toujours évertué à congédier.

gerhard richter, lesende, sabine, wermeer, hyperrealism

Les flous de l’hyperréalisme chez Gerhard Richter

14 juin 2015

Le photo réalisme de Gerhard Richter n’est pas hyperréaliste, il ne reproduit pas fidèlement il copie pour s’éloigner du sujet et au final du motif lui même.

gerhard-richter, betty, photographie, atlas

Gerhard Richter et la photographie

13 juin 2015

Gerhard Richter en se soumettant à la reproduction d’une photographie prétend se libérer de la subjectivité du motif pour ne se consacrer alors qu’à peindre

gerhard-richter,atlas,painting,art,photo-painting,vignette

Gerhard Richter Photos-peintures et Atlas photographique

2 mars 2015

Gerhard Richter a constitué un gigantesque catalogue d’images extraites de journaux et photographies certaines ont été scrupuleusement reproduites.

GERHARD RICHTER ATLAS ET AUTRES TERRITOIRES PICTURAUX

L'Atlas de Gerhard Richter constitue une immense galaxie d'images prélevées dans la Presse, parmi des photographies anodines ou des clichés personnels que l'artiste allemand a construit au fil du temps. C'est à la fois une encyclopédie du non-art et le lieu du motif qui a servi de "modèles" aux "photo painting".


gerhard-richter,art-contemporain,photography,atlas,painting,photo-painting,wiesental

Wiesental1985, 90.5 cm x 94.9 cm, huile sur toile, catalogue raisonné: 572-4.

Référence Atlas

Avec “Wiesental”, comme dans bien d’autres paysages de campagne ou de voyage, Gerhard Richter recherche l’effet de luminosité diffuse non pas pour le retranscrire, en rendre la perception, mais pour coucher dans une infinité de lavis et de jus la capacité de l’espace pictural à devenir diffusant et diffus à la fois. Cette oeuvre vue de près est assez peu réaliste, c’est une multitude de touches plus ou moins rondes ou filées, pourtant rien de commun avec la décomposition pointilliste de la lumière, ni avec la division impressionniste encore moins l’aspect métallique des hyperréalistes. Ce paysage est réellement comme un nuage de points émettant une lumière interne. Le sujet complètement banal, voire ennuyeux, sans composition, est accessoire, c’est la finalité du “photo painting”, s’écarter de l’anecdote et du sens pour plonger dans une figuration qui pourrait être, dans le bon rapport d’agrandissement, abstraite.

Une autre oeuvre de Gerhard Richter illustre parfaitement ce propos : “Eisberg”, voir notre article.


gerhard richter, lesende, photographie, hyperrealism, detail, glacis, wermeer
© Gerhard Richter. Lesende, 1994.

“Lesende”, (Femme lisant)

1994, 72 cm x 102 cm, huile sur toile.

Catalogue Raisonné: 804

Référence Atlas

Gerhard Richter depuis les débuts du “photo painting”, en 1962, c’est libéré de l’orthodoxie du programme qu’il s’était alors fixé. Son travail pictural est essentiellement centré sur la surface comprise parfois comme un plan réfléchissant aux deux sens du terme, c’est à dire autant pour sa qualité de texture, apparemment lisse mais souvent granulaire, propre à capter la lumière et à décliner des gammes infinies de lavis colorés, que pour sa capacité à susciter l’auto-réflexion sur la représentation, sa surface de projection et le réel lui même. La peinture est pour l’artiste allemand un mode de pensée. Il ne voit aucun antagonisme entre la figuration et l’abstraction, lesquelles sont pour lui des modulations d’une même réflexion non narrative.

Pourtant, dans “Lesende”, Gerhard Richter n’hésite plus à se confronter, sans esprit polémique, à l’histoire de l’art, l’iconographie presque “Pop” du tableau de Vermeer, et l’anecdote personnelle en faisant poser Sabine Moritz-Richter, sa troisième femme. Il ne tient plus systématiquement l’émotion à distance, tout en restant fidèle à son programme : la surface picturale, qu’elle soit traitée dans l’échelle abstraite ou figurative.


gerhard-richter,art-contemporain,photography,atlas,painting,photo-painting,cyperus

“Cyperus”, (Zypermandelgras), 1965,  130 cm x 150 cm, huile sur toile. Catalogue Raisonné: 115.

Référence Atlas

Gerhard Richter, à partir de 1962, veut se soustraire au sens, au sujet et donc à toute forme de narration. Il prétend également vouloir se déprendre de la subjectivité en recourant à une supposée objectivité de la photographie. L’objectivité de la photographie sans qualité n’est probablement pas à comprendre comme une neutralité du signifiant, notamment quand il s’agit de la Presse. En détachant ces clichés banals, sinon dénués d’appartenances culturelles, sociologiques, Gerhard Richter pense pouvoir bannir toute dimension esthétique et se concentrer sur le plan pictural du tableau. C’est une sorte de figuration qui se veut abstraite, purement concentrée sur le support et sa surface. Il ne se contente donc pas de reproduire, il déréalise, il étiole, au sens figuré, comme au sens propre, ce qui, paradoxalement, résulte de la soumission du pictural au photographique.

C’est évidemment dans cette tension dialectique que réside la puissance de l’art de Gerhard Richter.


Gerhard Richter

“TANTE MARIANNE”, 1965 100 cm x 115 cm , huile sur toile, Catalogue Raisonné: 87.

Ref Atlas:

Gerhard Richter, à partir de 1962, oriente tout son travail autour de l’idée d’une peinture neutre quant au motif et au sujet, une peinture resserrée sur elle même en tant que surface picturale. Il adopte comme démarche programmatique, inspirée de l’art conceptuel et minimaliste, mais aussi sous l’influence du mouvement Fluxus, de “reproduire” des photographies sans qualité prélevées dans la Presse ou à partir de photographies d’amateurs.

Mais Gerhard Richter dérogea à diverses reprises de la ligne de conduite qu’il s’était fixée.

Ici en reproduisant une photographie non pas d’un tiers mais familiale, en l’occurrence une photographie de sa tante qui fut victime des nazis.