Vasco Ascolini, Persistenze

Accueil » Photographie » Vasco Ascolini, Persistenze | Par Thierry Grizard, publié le 12 mars 2017, modifié le 23 janvier 2019

Obscurité et révélation

vasco_ascolini_photography

Vasco Ascolini fait l'objet d'une exposition personnelle à la galerie Claude Samuel.

Il s'agit d'une partie plus personnelle du travail du photographe italien, en tout cas plus conceptuelle. En effet, on connait de son travail davantage les prises de vue de théâtre ou de sculptures et autres œuvres d'art. Dans ces séries le photographe se démarque par des cadrages où le clair et l'obscur sont valorisés dans des plans nettement étagés.

L'autre particularité de ce travail est la manière dont les axes de prise de vue font penser à des mises en perspective cinématographiques. En effet, la mise en situation des œuvres avec le lieu et la lumière du moment évoque fortement le principe de la caméra subjective.

La chambre noire de Vasco Ascolini est comme l'oeil d’un visiteur flânant dans des espaces et des heures désertés du public ou qui lui sont habituellement inaccessibles.
Vasco Ascolini

© Vasco Ascolini.

Persistenze

Dans cette exposition intitulée "Persistenze"  rien de tout cela. Très peu de cadrages larges permettant d'apprécier l'espace. Beaucoup d'obscurité. Et des images dont le plan de représentation est griffé, altéré et marqué en post-production.
 
Vasco Ascolini reprend donc certaines de ses photographies de commandes ou de nouvelles et les retravaille. En effet, par des interventions ultérieures à la prise de vue, il effectue un travail qui peut paraître paradoxal. Le paradoxe réside en ceci qu’il estompe, plonge ce qui était en pleine lumière dans l'obscurité en intervenant sur le "révélateur" photographique qu'il soit chimique ou numérique.
 
Par ailleurs, il griffe, altère, détériore la surface "exposée" pour mieux noyer le "sujet" de la prise de vue.
Dés lors il apparait que dans cet aller-retour de l'éloignement par le travail de post-production au dévoilement final que le véritable objet de ces photographies n’est autre que ce qui persiste réellement après l’ex-position de la surface sensible.
 
Vasco Ascolini semble vouloir nous dire que le sujet de ces photos là n'est pas seulement la reproduction mais aussi et surtout peut-être la persistance de ce qui a imprégné l'oeil, puis la pellicule.
 
Le titre de l'exposition est donc particulièrement pertinent: "Persistenze". Qu'est-ce qui a été véritablement dévoilé et qui persiste de cet instant ou le déclencheur a laissé la lumière pénétrer brièvement dans la chambre noire.
 
 

Vasco ascolini, Persistenze, photographie, 2017, galerie Claude Samuel


Vasco Ascolini, Persistenze.

Du 9 mars au 9 avril 2017
 

©Vasco Ascolini.

Courtesy galerie Claude Samuel.

A voir Aussi

coco-capitan_mep_2019_photography

Coco Capitan, “busy living” à la MEP

Coco Capitan est une jeune photographe plasticienne au succès fulgurant, à 27 ans tout juste, une importante rétrospective lui est consacrée à la Maison Européenne de la Photographie, intitulée “Busy Living”.

ren-hang_mep_paris_2019_photography

Ren Hang et Ryan McGinley, un soupçon de plagiat !

Ren Hang le très fameux photographe poète chinois voit son originalité proclamée remise en cause par un amateur averti.

alex-majoli_le-bal_scene_photography

Alex Majoli, un photojournaliste baroque

Alex Majoli est un photojournaliste eminent de l’agence Magnum, depuis 8 années il parcourt le monde pour en donner une autre image, profondement théâtrale.

ren-hang_photography_solo-show_mep

Ren Hang, des signes de l’amour

Ren Hang plus qu’un photographe est un poete visuel qui compose en images des jeux de mots ou de signes. Il procède par collages, collisions et inversions.

nan-goldin_valerie_phillips_auctions

Photographs, Phillips auction

Photographs New Yorks auction, une vente aux enchère qui s’annonce exceptionnelle

Trine Søndergaard, photographier le silence

Trine Søndergaard est une photographe danoise qui dépeint le silence. Elle capture des paysages comme des portraits et réalise des portraits tels des paysages. Elle tente de rendre dans l’absence ce qu’il y a de présence.

Pin It on Pinterest

Share This