TARYN SIMON, décorum et pouvoir

Accueil » Photographie » TARYN SIMON, décorum et pouvoir | Par Thierry Grizard, publié le 16 avril 2016, modifié le 28 juillet 2019

Taryn Simon, décorum et pouvoir

Taryn Simon, “Paperwork and the Will of Capital”, Galerie Gagosian, Rome


Taryn Simon, expose son dernier corpus et donne sa vision “documentaire” du pouvoir des grandes institutions mondiales.


taryn-simon, gagosian, art-gallery, photography, exhibition, paperwork-and-the-will-of-capital

"These flowers sat between powerful men as they signed agreements designed to influence the fate of the world." —Taryn Simon

Entre la Photographie Objective issue de l’Ecole de Düsseldorf et des Becher et l’ironie héritée du Pop Art, Taryn Simon examine à la loupe certains détails insignifiants du politique et du social pour mieux détourner les codes et mettre en exergue les signes de certaines situations politiques. Signes qui dans une esthétique très léchée et académique, voire théâtrale soulignent la “monstruosité” banale, invisible du pouvoir.

taryn-simon, gagosian, art-gallery, photography, exhibition, paperwork-and-the-will-of-capitalIci Taryn Simon retient, des grandes réunions politiques mondiales, que les bouquets de fleurs ornant les immenses et luxueuses tables de conférence. Les tirages photographiques reproduisent la distance glaciale, (forme convenue de l’objectivité), d’une démarche ayant l’apparence de la rigueur documentaire, réelle et de longue haleine d’ailleurs.

Mais les couleurs sont accentuées et saturées et confinent au kitsch. Quant aux encadrements ils singent les codes décoratifs de ce genre de grands raouts. Taryn Simon accompagne ses photographies d’herbiers composés des fleurs, identifiées une à une par un botaniste, composant ces bouquets.

Ce travail “botanique” est exposé tel une sculpture sur des stèles cubiques sous verre comme des hommages posthumes, morbides et satiriques.

A voir à la galerie Gagosian, Rome.


TARYN SIMON | “Paperwork and the Will of Capital”.

Galerie Gagosian, Rome. Du 14 avril au 24 juin, 2016.


© Taryn Simon

Courtesy galerie Gagosian

A voir Aussi

thomas-ruff-photography

Thomas Ruff L’image photographique n'est-elle qu’un simulacre ?

Thomas Ruff depuis le début de sa carrière se concentre sur le médium photographique. Il analyse méticuleusement dans une esthétique propre à la Photographie Objective affiliée à l'Ecole de Düsseldorf la nature essentielle. Il en résulte un travail fascinant de déconstruction et de reconstruction à travers les grands usages de la photographie, notamment le portrait.

jeff-wall_solo-show_gagosian_2019_photography

Jeff Wall la photographie mise en scène

Jeff Wall est un des photographes plasticiens les plus célèbres de notre époque, il a introduit dans la photographie l'histoire de l'art pour lui donner une dimension documentaire et critique à travers une étonnante démarche de reconstruction fictionnelle et narrative inspirée du cinéma.

thomas-struth-munchen-photography-exhibition

Thomas Struth ou la photographie de la banalité

Thomas Struth est une des figures majeures de la Photographie Objective allemande, il se caractérise par une photographie presque sans qualité susceptible de créer des décalages révélateurs.

thomas-demand-photography

Thomas Demand, de l'architecture des images

Thomas Demand est une sorte d'architecte plasticien qui réalise des maquettes à partir d’images d’archives pour les réduire à leur seule géométrie abstraite pour finalement les reproduire à nouveau sous forme d’images photographiques dépouillées de tout contexte signifiant. Les surcouches interprétatives apparaissent alors en pleine lumière.

Pin It on Pinterest

Share This