Sylvie Bonnot ou de l’extension du domaine de la représentation

Accueil » Photographie » Sylvie Bonnot ou de l’extension du domaine de la représentation

Les « merz » de Sylvie Bonnot et au-delà Sylvie Bonnot (née en 1982, vit et travaille à Saint Léger sous La Bussière) est une photographe/plasticienne qui procède à une sorte de topographie subjective. Une démarche très intéressante sur l’espace et sa représentation, en l’occurrence l’une de ses formes archétypales : le paysage. Sylvie Bonnot utilise principalement la…

Les « merz » de Sylvie Bonnot et au-delà

Sylvie Bonnot (née en 1982, vit et travaille à Saint Léger sous La Bussière) est une photographe/plasticienne qui procède à une sorte de topographie subjective. Une démarche très intéressante sur l’espace et sa représentation, en l’occurrence l’une de ses formes archétypales : le paysage.


Sylvie Bonnot utilise principalement la photographie. Cependant le travail de l’artiste trouve son extension naturelle dans des installations in situ. L’une de ces installations in situ trouva son lieu au 58 Éme Salon de Montrouge, en 2013, avec l’installation in situ : « Glasslines ».

Dans ce cas de figure Sylvie Bonnot pris possession de la cage d’ascenseur du beffroi de Montrouge en le couvrant de pans géométriques rouges. Sylvie Bonnot intervient sur des photographies de paysages assez esthétisantes, en noir et blanc avec de beaux tirages barytés. Elle revient dessus comme si l’insuffisance de la belle image de paysage l’invitait à aller au delà.

Pour se faire Sylvie Bonnot inscrit à la point sèche ou au cutter des lignes plus ou moins fines semblables à des relevés topographiques qui recréer sur la planéité de la photographie un volume, un relief géométrique, abstrait et aussi acéré qu’une carte IGN. Petit détail intéressant concernant les reprises au cutter les résidus de ces découpages gisent à même le sol à l’aplomb des photographies lacérées.

sylvie bonnot, photographie, origami, plasticien, art-contemporain-19

Sylvie Bonnot pour certaines de ses œuvres va jusqu’à ne retenir que les traces fantomatiques des paysages, le dessin topographique domine alors dans entrelacs aériens. Dans les dessins sur négatifs de paysages enneigés et horizontaux Sylvie Bonnot projettent des possibles installations où elle pourrait développer ses lignes géométriques sans plus de limite. Continuant sa recherche Sylvie Bonnot a procédé à des pliures rappelant les « origami » et peut-être inspirées de ses voyages au Japon.

En effet, elle plie et froisse de magnifiques tirages barytés pour en faire des proues, des objets en volume qu’elle épingle directement au mur ou paradoxe sur un cadre de toile un peu comme les « merz » de Lissitzky. A remarquer qu’apparaît alors la couleur des rouges et jaunes vifs appliqués à même les tirages en noir et blanc. Sylvie Bonnot toujours avec la même obstination de « topologue » a créé aussi plusieurs installations. Cette fois les lignes blanches des relevés topographiques deviennent de larges bandes noires dessinant un relevé anguleux et improbable dans l’espace.

sylvie bonnot, photographie, origami, plasticien, art-contemporain-17

La démarche de Sylvie Bonnot se rapproche un peu sur certains points aux recherches de Clement Valla qui travaille avec intelligence sur le numérique et en particulier l’image numérique. Dans une perspective assez semblable il analyse l’image et surtout l’image du réel à l’ère numérique comme un archéologue du présent. Sylvie semble vouloir arpenter les mêmes versants mais en utilisant la photographie dans son support traditionnel et plutôt comme si ce qu’elle avait photographié était incomplet.

L’approche de Sylvie Bonnot est donc bien plus idiosyncrasique. Archéologie systémique du numérique chez Clement Valla, topologie subjective du paysage tel que l’image photographique le fixe chez Sylvie Bonnot.


Sylvie Bonnot fait partie des artistes sélectionnés dans le cadre de la 15° édition du PARCOURS SAINT GERMAIN DES PRES. Elle sera exposée chez Alain Ducasse : Le Chocolat. Représentée par la galerie Ségolène Brossette. « Poésie de la matière » | 22.10>>02.11.15.


sylvie-bonnot, photographie, origami, plasticien, art-contemporain
sylvie-bonnot, photographie, origami, plasticien, art-contemporain
sylvie-bonnot, photographie, origami, plasticien, art-contemporain
sylvie-bonnot, photographie, origami, plasticien, art-contemporain

Newsletter

maurizio-cattelan_contemporary-art

Maurizio Catellan et la banane comédienne

Maurizio Cattelan après plusieurs années d’absence fait, avec une banane, un retour tonitruant sur la scène de l’art contemporain et son marché.

peter-hujar-photography-jeu-de-paume-museum

Peter Hujar , portraits de l’underground new-yorkais

Peter Hujar est un photographe américain emblématique des années underground new-yorkaise des années 70/80. Il réalisait des portraits saisissants du temps qui glisse entre les vivants et les morts.

sally-mann_auction_christies_new-york_2019

Sally Mann au musée du Jeu de Paume. A thousand crossings

Sally Mann expose au musée du Jeu de Paume depuis le 18 juin 2019. Il s’agit là de la plus grande rétrospective consacrée à la photographe américaine en France. L’exposition a pour centre d’intérêt la relation de Sally Mann au Sud des États des Unis. Le grand mérite de cette focalisation est de pointer le cœur de l’oeuvre de Sally Mann.

tomas-saraceno_contemporary-art_antropocene

Tomàs Saraceno et les araignées du musée

Tomàs Saraceno, l’architecte plasticien, nous propose dans ses multiples projets des utopies visibles et palpables, la plupart lui sont inspirées par le monde des araignées.

cindy-sherman_photography_visual-artist

Cindy Sherman The Picture Generation

Cindy Sherman, la représentante la plus fameuse de la Picture Generation avec Richard Prince, a fondé tout son travail sur le travestissement et les simulacres, en portant des masques parodiques elle tente de montrer ce qui se cache derrière eux.

philippe-cognee_art-exhibition_templon-gallery_paris_2020

Philippe Cognée et la décrépitude

Philippe Cognée se distingue notamment par sa technique à l’encaustique qui l’autorise à rendre la décrépitude visible sur et hors la toile.