Guillaume Hebert, paysages et “Updated Landscape”

Accueil » Photographie » Guillaume Hebert | Par Thierry Grizard, publié le 29 mai 2018, modifié le 23 janvier 2019

De la vie moderne et l'art ancien

Guillaume Hebert, artiste visuel né en 1969, pratique la photographie comme un moyen critique sur notre époque.

Plutôt que de livrer un travail documentaire classique le photographe français reprend les principes de la "Staged Photography" américaine, dont le tenant le plus reconnu est Jeff Wall. Ce dernier construit des « tableaux photographiques », qu'il expose dans des boites lumineuses, lesquels citent les maîtres anciens de la peinture pour dresser un constat acerbe du désenchantement de la vie moderne.

Guillaume Hebert, quant à lui, ne reconstruit pas, il confronte, apporte la contradiction. En effet, l'artiste photographe français procède à de subtils photomontages qui insèrent des premiers plans photographiques dans des tableaux élégiaques de la période classique ou romantique. Il emprunte donc à William Turner, Delacroix ou Fragonard des lointains picturaux idylliques où la Nature était déjà, dans l'esprit de ces artistes ,davantage une figure uchronique de l'Eden qu'une représentation fidèle ou perceptuelle et subjective comme plus tard chez les impressionnistes. Quant aux premiers plans ils n'ont rien de l'idéal, il s'agit pour l'essentiel de décharges, lieux pollués ou abandonnés à la négligence des hommes. Le plasticien néanmoins utilise un étalonnage subtil des couleurs afin qu’une vision superficielle laisse une impression étrange d’homogénéité. Ce n’est qu’au second regard, une fois interpellé, que le subterfuge saute aux yeux. Le constat est alors sans appel. La rupture de l’union entre les hommes et leur environnement, on ne dit plus la Nature, est profonde et inquiétante.

Les niveaux de lecture sont donc assez nombreux : la nature transfigurée et irréelle de la peinture classique ou romantique ; le conflit proprement moderne entre un mode de vie insoucieux du futur et l’environnement dont nous avons oublié qu’il n’est pas un théâtre, un décor, un fond mais notre habitat ;  la nostalgie d’une nature qui est davantage une représentation culturelle que réelle ; et enfin, le trouble, tout à fait contemporain, propre à toute image photographique dont la prétention à l’objectivité est d’emblée compromise.

Guillaume Hebert a obtenu avec cette série : « Updated Landscape » (une lecture dichotomique de paysage), le Prix du Public 2018 du Festival Circulations(s).


guillaume-hebert-photography-festival-circulations

© Guillaume Hebert.


guillaume-hebert-photography-festival-circulations

© Guillaume Hebert.


guillaume-hebert-photography-festival-circulations

© Guillaume Hebert.


guillaume-hebert-photography-festival-circulations

© Guillaume Hebert.

A voir Aussi

Sally Mann, A Thousand Crossings, images de l’exposition

Sally Mann, images de l’exposition : A Thousand Crossings au musée du Jeu de Paume, 2019, , une rétrospective centrée sur l’importance du Sud dans son travail.

michael-ackerman_photography_solo-show_camera-obscura-gallery_paris_2019

Michael Ackerman, la photographie à fleur de peau

Michael Ackerman est un “street photographer” bien particulier puisque ce qu’il glane n’est rien d’autre que des instantanés d’états émotionnels. De la Street Photography des affects.

sally-mann_photography_solo-show_jeu-de-paume_2019

Sally Mann au musée du Jeu de Paume. A thousand crossings

Sally Mann expose au musée du Jeu de Paume depuis le 18 juin 2019. Il s’agit là de la plus grande rétrospective consacrée à la photographe américaine en France. L’exposition a pour centre d’intérêt la relation de Sally Mann au Sud des États des Unis. Le grand mérite de cette focalisation est de pointer le cœur de l’oeuvre de Sally Mann.

henry-wessel_street-photography_dark-thread_mep

Henry Wessel, photographie et déambulations californiennes

Henry Wessel est un photographe de rue, il divaguait avec son Leica se disposant au hasard, puis revenu au studio un long travail de maturation, parfois de plusieurs années, commençait, une sorte de récollection où la photographie se révèle dans sa véritable singularité. Le photographe californien créait donc a posteriori des ensembles dont il finissait par déceler l’agencement formel propice à de nouveaux récits totalement étrangers à la prise de vue initiale.

sally-mann,photography,pictorialism,virginia

Phillips auction, Femmes photographes et photographiées

Inspiration : Women in photography chez Phillips Auction, un panorama non exhaustif des femmes photographes, mais avec quelques clichés intéressants

raphael-dallaporta_niepce_photography

Raphaël Dallaporta, Les évidences vacillantes de la photographie

Raphael Dallaporta est un photographe qui sous des dehors de documentaliste nous livre à la fois des faits, mais aussi une critique très élaborée et subtile du médium photographique et de l’image en général. Il glisse en outre constamment dans ses images une réflexion mélancolique sur le devenir, la vie, l’histoire et la violence. La plupart de ses inventaires sont tels des vanités.

Pin It on Pinterest

Share This