Araki, une mythologie de l’intime - ARTEFIELDS
nobuyoshi-araki_photography_visual-artist

Araki, une mythologie de l’intime

Article publié par Thierry Grizard le 7 juin 2016

Qui est Araki, un réel érotomane, un machiste cynique ou un metteur en scène virtuose de sa propre mythologie personnelle ?

Une mythologie de l'intime

Araki: "La photographie est en fait une parodie du monde. C'est une parodie du je."

araki, nobuyoshi araki, exhibition, solo-show, museum, guimet, photography, nude, japan, erotism, paris, 2016

© Nobuyoshi Araki.


On ne sait pas si Araki est un machiste, un réel érotomane, ou un habile metteur en scène d’une mythologie personnelle.


nobuyoshi araki, araki, exhibition, solo-show, museum, guimet, photography, nude, japan, erotism, paris, 2016
© Nobuyoshi Araki.


Nobuyoshi Araki, Une mythologie personnelle et apocryphe !

nobuyoshi araki, araki, exhibition, solo-show, museum, guimet, photography, nude, japan, erotism, paris, 2016
© Nobuyoshi Araki.

Il faut évidemment renoncer à la disjonction et accepter le tout de ces positions plus ou moins contradictoires, tout du moins dans le monde conceptuel. Car c’est certainement là que gît la clé. La vie n’est pas logique. Et Araki est un maître quand il s’agit de saisir avec espièglerie l’entremêlement confus et énergisant de la mort et la vie, de la dissimulation et la sincérité. D’autant plus que pour l'artiste japonais la photographie est une fiction, un récit propre à développer son autofiction paradoxale car chez lui le récit est en porte-à-faux permanent avec lui-même.

Une vision de la sexualité sans érotisme

Il est par exemple bien possible que ces femmes ficelées soient chosifiées, mais ce n’est pas ce qu’on ressent en observant attentivement la plupart des clichés du photographe japonais. Ces femmes ne sont pas lascives et vous regardent sans exprimer quoique ce soit. Plutôt impénétrables, elles restent elles-mêmes. Offertes à notre regard. Ce qui leur octroie une présence aussi insondable que notre incapacité à leur donner une intention précise. De même D’ailleurs, la plastique presque baroque des compositions (en studio) est aplatie par un éclairage frontal et sans apprêt. Du coup on observe bien certains détails, mais ces femmes demeurent insaisissables, lisses jusqu’au pubis si graphique (Araki les retouche en post-production) qu’il en perd sa connotation sexuelle.


Ce contenu est réservé aux membres. Pour en savoir plus utilisez le formulaire de contact ou s'abonner ici