Anna di Prospero autoportrait en ville

Accueil » Photographie » Anna di Prospero autoportrait en ville

Anna di Prospero héritière de Francesca Woodman ?   Anna di Prospero (née à Rome en 1987) est une jeune photographe qui tient une sorte de journal intime sous forme de « selfies » très graphiques et visuellement élaborés. Ce n’est pas en soi une démarche particulièrement originale à ceci près que la photographe italienne fait preuve…

Anna di Prospero héritière de Francesca Woodman ?

 

anna di prospero, photgraphy
© Anna di Prospero.

Anna di Prospero (née à Rome en 1987) est une jeune photographe qui tient une sorte de journal intime sous forme de « selfies » très graphiques et visuellement élaborés.

Ce n’est pas en soi une démarche particulièrement originale à ceci près que la photographe italienne fait preuve d’un talent certain pour la composition et l’impact visuel.

Toutefois quand on prend le temps d’analyser le pouvoir de séduction de ces images on comprend rapidement que l’originalité de ce travail repose sur une forme de spontanéité octroyant à la démarche un supplement d’authenticité.

On trouve chez Anna di Prospero quelque chose de commun avec une de ses devancières: Francesca Woodman (voir notre article ici). En effet, il y a quelques similitudes: la rapidité d’exécution, le dépouillement visuel, le rapport à l’identité à travers la mise en scène du corps, entre autres choses.

anna di prospero, photography
© Anna di Prospero.

Alors que le « selfie » ou le portrait en situation est avant tout marqué par la relation aux autres et une certaine irréflexion, les autoportraits « in situ » de la plasticienne italienne relève plutôt d’une forme de meditation par rupture. Comme chez Francesca Woodman Anna di Prospero cherche à ouvrir des failles dans le réel:
– Soit par le décalage: la nudité en public ou le mouvement en opposition à la rigidité de l’architecture.
– Soit par l’étrangeté, l’incongru.

Mais ce qui procure au final une réelle valeur à cette œuvre c’est l’impression d’authenticité découlant de l’apparente spontanéité des clichés, mais également de l’engagement physique et intime. Il y a comme chez Woodman un effet de jeunesse, de fraîcheur qui est très séduisant.

Francesca Woodman renaît donc à l’ère d’Instagram sous les traits d’une jeune femme italienne, vive et téméraire.

Anna di Prospero, photography
© Anna di Prospero.

Le site de l’artiste.


Liens connexes:

Newsletter

maurizio-cattelan_contemporary-art

Maurizio Catellan et la banane comédienne

Maurizio Cattelan après plusieurs années d’absence fait, avec une banane, un retour tonitruant sur la scène de l’art contemporain et son marché.

peter-hujar-photography-jeu-de-paume-museum

Peter Hujar , portraits de l’underground new-yorkais

Peter Hujar est un photographe américain emblématique des années underground new-yorkaise des années 70/80. Il réalisait des portraits saisissants du temps qui glisse entre les vivants et les morts.

sally-mann_auction_christies_new-york_2019

Sally Mann au musée du Jeu de Paume. A thousand crossings

Sally Mann expose au musée du Jeu de Paume depuis le 18 juin 2019. Il s’agit là de la plus grande rétrospective consacrée à la photographe américaine en France. L’exposition a pour centre d’intérêt la relation de Sally Mann au Sud des États des Unis. Le grand mérite de cette focalisation est de pointer le cœur de l’oeuvre de Sally Mann.

tomas-saraceno_contemporary-art_antropocene

Tomàs Saraceno et les araignées du musée

Tomàs Saraceno, l’architecte plasticien, nous propose dans ses multiples projets des utopies visibles et palpables, la plupart lui sont inspirées par le monde des araignées.

cindy-sherman_photography_visual-artist

Cindy Sherman The Picture Generation

Cindy Sherman, la représentante la plus fameuse de la Picture Generation avec Richard Prince, a fondé tout son travail sur le travestissement et les simulacres, en portant des masques parodiques elle tente de montrer ce qui se cache derrière eux.

philippe-cognee_art-exhibition_templon-gallery_paris_2020

Philippe Cognée et la décrépitude

Philippe Cognée se distingue notamment par sa technique à l’encaustique qui l’autorise à rendre la décrépitude visible sur et hors la toile.