Jeux de regards en peinture

Accueil » Article de fond » Jeux de regards en peinture | Par Thierry Grizard, publié le 24 avril 2015, modifié le 26 janvier 2019

Un portrait est-ce toujours un regard ?

 
Le portrait et donc dans la plupart des cas le regard surtout dans le registre de la peinture est une source inépuisable de débats.
Débats qui vont de la question du mimétisme qui cherche à rendre l’intériorité de la personne représentée - l’art du portrait tel qu’il a été pratiqué jusqu’à Lucian Freud - jusqu’aux jeux de miroirs magistralement posés de manière presque définitive par Velasquez dans les Ménines.
 

Instantanéité du regard et la figure du portrait

 
Le temps de la peinture quand elle n’est pas expressionniste - traduction de l’énergie de l’artiste - est un temps long où le regard est tout sauf un échange instantané. Le temps de l’exécution du portrait s’oppose aussi au temps du regardeur qui est immédiat quand bien même celui-ci se livrerait à la contemplation.
 

Regard, regardeur et portrait

 
La première perception du regardeur est donc presque toujours l’interpellation, la captation de son regard par le regard de ce que le peintre où le sculpteur a réalisé dans la durée.
Le regard est aussi l’occasion de multiples jeux propices à l’ironie, la distance et la mise en cause de l’illusion même de ce qui est représenté.
 

Le portrait c'est pas synchrone

 
Cette réciprocité « asynchrone » du portrait trouve son pivot dans la surface du tableau. Surface picturale qui, quant à elle, est toujours contemporaine du regardeur. Or ce plan de réalité (le tableau), s’affirme souvent, bien que de manière plus ou moins explicité, y compris à la renaissance, comme un medium, un regard de l’artiste et de son temps sur son époque et ses valeurs. D’où ce jeu fascinant entre la séduction immédiate face à certains de ces regards qui nous observent, nous interpellent et la conscience claire qu’il ne s’agit que d’un truchement.

 

titien, portrait, regard, figure


lucian freud, portrait, regard, figure


gerhard richter, portrait, regard, figure


ron mueck, portrait, regard, figure


le caravage, carvaggio, portrait, regard, figure


courbet, gustave courbet, portrait, regard, figure


raphael, portrait, regard, figure


francis bacon, portrait, regard, figure


josé de ribera, portrait, regard, figure

 

giorgione


jan van eyck, portrait, regard, figure


artemisia gentileschi, portrait, regard, figure


le caravage, carvaggio, portrait, regard, figure


jan van eyck, portrait, regard, figure


martial raysse, portrait, regard, figure


velasquez, portrait, regard, figure


rembrandt, portrait, regard, figure


rogier van der weyden, portrait, regard, figure


ron mueck, portrait, regard, figure


titien, portrait, regard, figure


lucian freud, portrait, regard, figure

A voir Aussi

francois-malingrey_painting_courbet_Ornans

François Malingrëy, un nouveau réalisme ?

François Malingrëy est un jeune artiste français qui manipule les codes du réalisme et de l’iconographie de la peinture classique, notamment dans le registre religieux, pour dresser des portraits individuels ou de groupe qui, en réalité, n’en sont pas si ce n’est qu’ils rassemblent d’étranges “figures” catatoniques.

claire-tabouret_fondation-lambert_painting

Claire Tabouret portrait de groupe en altérité

Claire Tabouret expose à la Collection Lambert en Avignon en revenant avec des œuvres récentes et un peu moins sur le thème de l’enfance dont elle dresse des portraits de groupes paradoxaux.

vivian-maier-street-photography-selfportrait

Vivian Maier entre ombres et miroirs

Vivian Maier, de manière posthume, est passée en quelques années de l’anonymat total à celui de figure centrale de la Street Photography, pourtant ce rattachement ne rend compte que d’une partie de son oeuvre très variée et souvent paradoxale, exactement telle qu’elle fut de son vivant.

mark-manders-sculpture

Mark Manders, Self-portrait as a building

Mark Manders est un plasticien sculpteur néerlandais qui met en scène d’étranges personnages de glaise qu’il dissèque, sectionne, hybride mais qui demeurent pourtant impassibles. L’artiste les considère comme des autoportraits.

jenny-saville-george-economou-collection

Jenny Saville, du corps féminin à l’origine du monde

Jenny Saville, La monumentalité des chairs Jenny Saville (née en 1970), est une artiste peintre d’origine écossaise. Dès ses débuts elle a été suivi comme…

alex-prager-photography-face-in-the-crowd

Alex Prager le monde en technicolor

Alex Prager est une jeune plasticienne américaine qui à la suite de Jeff Wall pratique une photographie cinématographique qui aboutit chez elle à la réalisation de courts métrages. Elle centre son sujet exclusivement à l’époque des sixties pour mieux faire éclater le modèle des icônes consuméristes.

Pin It on Pinterest

Share This