Olafur Eliasson installé au château de Versailles, 2016 - ARTEFIELDS
olafur-eliasson-chateau-versailles

Olafur Eliasson installé au château de Versailles, 2016

Article publié par Thierry Grizard le 5 juillet 2016

Olafur Eliasson est invité par le château de Versailles à se confronter à la géométrie et l'appareil politique crées par le roi Soleil.

Olafur Eliasson, géometrie, nature et artifices

L’artiste danois tente de prendre possession, ou tout du moins d’y installer sa démarche allusive et faite de mirages aux mécanismes toujours explicites.

Le problème récurrent avec Versailles est, au-delà du poids de l’histoire, l’échelle gigantesque du chateau comme du parc qui sont eux mêmes des installations avant la lettre. Dans ce théâtre du pouvoir il est bien difficile de surajouter une nouvelle machine illusionniste.

Chez Olafur Eliasson par de provocation à la Anish Kapoor, ni de conflit des codes culturels à la Jeff Koons qui ont avant lui tenté de prendre place dans le système hyper communicant de Versailles.

Ce qui frappe tout d’abord, et sans surprise de la part d’Olafur Eliasson, c’est la cohérence et l’honnêteté de la démarche, pas de recherche du scandale tout au contraire un grand minimalisme dans les effets et une grande d’élégance dans les mises in situ. De ce point de vue les effets de miroir installés dans la galerie des glaces et l’ensemble du Chateau comme des mirages discrets et raffinés fonctionnent plutôt bien.

Dans le parc l’échelle écrasante du site est moins favorable exactement comme ce fut le cas pour toutes les précédentes installations

Source : Olafur Eliasson à Versailles


Galerie photo de l'installation au château de Versailles