Trine Søndergaard, photographier le silence

Accueil » Photographie » Trine Søndergaard, photographier le silence | Par Thierry Grizard, publié le 11 mars 2019, modifié le 31 mars 2019

Trine Søndergaard, présence et absence photographiques

Trine Søndergaard (née en 1972 au Danemark, elle vit et travaille à Copenhague) est une photographe qui revendique ouvertement son appartenance à la culture de son pays d’origine.

En effet, la majorité du corpus photographique de l’artiste fait appel à quelques-uns des grands noms des arts visuels danois.

trine-sondergaard_danemark_photography_guldnakke

Entre absence et présence

Les références de Trine Søndergaard sont évidentes et assumées. La filiation la plus immédiatement frappante renvoie à Vilhelm Hammershøi (voir notre article), dont la plasticienne danoise recrée les « paysages » intérieurs et d’intérieur. Le peintre danois s’est avant tout évertué à transcrire l’idée et la sensation de présence dans l’absence, et par conséquent le silence qui l’accompagne. Il a dressé des portraits existentialistes d’espaces privés aux portes, couloirs et miroirs en rebond, comme une infinie variation des Ménines de Diego Velázquez. Des apertures suggérant aussi bien l’éloignement que le surgissement d’une présence, des ouvertures de l’espace « intérieur » agissant tels des renvois silencieux. Néanmoins, Vilhelm Hammershøi a quelque fois peuplé ses intérieurs vides, en introduisant dans une ambiance monochromatique et épurée, des personnages qui sont presque essentiellement féminins. Il s’agit très souvent du même modèle tournant le dos au peintre et au regardeur. Ces femmes de dos à la coiffure immuable et aux vêtements similaires semblent être des « réflexions ». L’image rendue pourrait être celle d’une d’une personne faisant face au peintre dont nous ne verrions que le reflet de dos, peintre et modèles ayant disparus de la représentation, tous effacés ou absents, mais encore présents ou réfléchis.

trine-sondergaard_danemark_photography_still

Still

Une des expositions de la photographe Trine Søndergaard s’intitule « Still » (visible actuellement à la Maison du Danemark) et regroupe deux séries « Interior» et «Guldnakke ». La première de ces séries réunie des clichés d’intérieurs réalisés entre 2008 et 2012. Ces photographies reprennent scrupuleusement la thématique de Vilhelm Hammershøi. Le titre au singulier, joue précisément sur cette ambiguïté entre les intérieurs et l’intériorité plus ou moins évanescente. Les photographies de la plasticienne danoise reprennent le monochromatisme du peintre et la même attention à la lumière qui se répercute d’une surface à une autre. Trine Søndergaard re-imagine ainsi, ou plutôt rend visible à sa manière bien particulière, les rémanences de présence dans des habitats humains désertés.

Il ne s’agit cependant pas de déceler des traces physiques des habitants du lieu, mais tout ce qui constitue « l’intériorité » d’un « endroit », d’un « être là ». Les manoirs inhabités que saisit la photographe, sont à la fois vides et remplis d’une certaine présence qui relève d’une forme d’ontologie sensible. La lumière profane dévoile dans ces habitats humains maintenant abandonnés quelque chose d'impersonnel, mais « palpable », une sorte de présence haptique (Voir notre article). Cet abri est bien celui des hommes, même s’ils ne « sont » plus « là » depuis fort longtemps. Par ailleurs, les ouvertures et les portes qui semblent se refléter sont une métaphore évidente de l’intériorité. Il y a un aspect étrangement « monadique » et solipsiste dans les images de Trine Søndergaard et de son mentor.

trine-sondergaard_danemark_photography

Les portraits refusés

La série « Guldnakke » reprend une autre « idée » d'Hammershøi : les portraits de dos, auxquels la photographe associe une connotation historique. Dans ses portraits de jeunes femmes se dérobant, elle a utilisé des coiffes datant du milieu du XIXe siècle, réalisées au fil d’or, dont s’affublaient les épouses de prospères agriculteurs. C’était un signe de distinction sociale, mais aussi un moyen pour les fileuses de subvenir de manière indépendante aux besoins de leur famille. Trine Søndergaard superpose ainsi différents contenus et sources d’inspiration : le rappel des portraits en reflet hypothétique de Vilhelm Hammershøi, la préciosité et les délicats détails des coiffes d’or, l’histoire double du vêtement d’apparat issu du milieu de la noblesse et du clergé, de même que l’évocation lointaine du contexte social de l’indépendance naissante des femmes au Danemark. L’essentiel réside , néanmoins, plus probablement dans la fascination exercée par l’observation du détail décoratif et de portraits qui n’en sont pas précisément. Les jeunes femmes de dos aux coiffes anciennes et aux vêtements contemporains sont traitées plastiquement comme des paysages dans les détails desquels on se perd. Ces jeunes femmes laissent paraître négligemment leurs cheveux, leurs épaules et le grain de leur peau, comme des hauts vestimentaires anachroniques. Tout est traité suivant la même valeur formelle, le modèle, sa chair comme ses atours vestimentaires, dans une lumière étale sans « pathos ». Les personnages de dos de la photographe sont aussi refusés et lointains que les silhouettes des tableaux de Vilhelm Hammershøi.

trine-sondergaard_danemark_photography_guldnakke

Le Portrait diffracté

Hormis ces deux séries le corpus de Trine Søndergaard atteste de son goût pour une photographie phénoménologique, de la présence et du reflet, de la « persona ». En effet, dans la série « A Room Inside » (2015) la photographe développe le thème du portait « récalcitrant » ; des jeunes filles diaphanes posent dissimulées par des coiffes, des voiles ou à l’abris de dentelles noires. Certaines brandissent devant leurs visages, ou même leurs torses, des miroirs sans reflets. Le titre est éclairant : "A Room Inside", l’intérieur, la place, le lieu, l’espace vide, sont ici figurés par l’absence d’identité ou le refus d’être identifié. Le monde du cinéaste suédois Ingmar Bergman, dans le Silence ou Persona, résonne puissamment avec cette série réalisée par la photographe danoise. D’autre part elle nous rappelle le pré-existentialisme du penseur danois Kierkegaard, notamment dans ses premiers ouvrages abordant le stade esthétique et éthique ; l’un se vouant à la sensualité répétée et désespérée de se satisfaire définitivement, l’autre se consacrant au « choix de soi-même ». Le travail de Trine Søndergaard se tient dans l’entre deux, un stade spéculaire, un moment de diffraction qui ne semble pas trouver son terme.

La photographe a entrepris de très nombreuses autres séries. Il y a des femmes voilées, des portraits monochromes à la manière Pop Art mais mâtinés paradoxalement d’intériorité, une partie de chasse proche d’Antonioni (en collaboration avec Nicolai Howalt), des portraits de paysages suburbains ou des portraits en pied de femmes confrontées à la statuaire classique, voire antique, et ainsi de suite. Dans tous les cas l’ensemble du corpus gravite autour de la notion de portrait comme paysage et du paysage comme portrait, où l’intériorité s’étiole ou se densifie, souvent dans une dialectique frappante des antinomies.

trine-sondergaard_danemark_photography


Publications :

  • Stasis, 2013.
  • A Room Inside, 2017.
  • Strude, 2012.
  • Monochrome Portraits, 2009.
  • How To Hunt, 2010.
  • Dying Birds (Nicolai Howalt & Trine Sondergaard), 2010.
  • TreeZone, 2009.
  • Versus, 2003.
  • Now That You Are Mine, 2002.

 

Galeries :

Trine Søndergaard est représentée par la galerie Martin Asbæk à Copenhague et Bruce Silverstein Gallery à New York.


trine-sondergaard_danemark_photography_still


trine-sondergaard_danemark_photography_guldnakke


trine-sondergaard_danemark_photography


© Trine Søndergaard

Courtesy : Martin Asbæk gallery

Courtesy :  Bruce Silverstein Gallery

Newsletter AF

Trine Søndergaard

Still
Maison du Danemark
20 mars - 26 mai 2019

A voir Aussi

coco-capitan_mep_2019_photography

Coco Capitan, “busy living” à la MEP

Coco Capitan est une jeune photographe plasticienne au succès fulgurant, à 27 ans tout juste, une importante rétrospective lui est consacrée à la Maison Européenne de la Photographie, intitulée “Busy Living”.

ren-hang_mep_paris_2019_photography

Ren Hang et Ryan McGinley, un soupçon de plagiat !

Ren Hang le très fameux photographe poète chinois voit son originalité proclamée remise en cause par un amateur averti.

alex-majoli_le-bal_scene_photography

Alex Majoli, un photojournaliste baroque

Alex Majoli est un photojournaliste eminent de l’agence Magnum, depuis 8 années il parcourt le monde pour en donner une autre image, profondement théâtrale.

ren-hang_photography_solo-show_mep

Ren Hang, des signes de l’amour

Ren Hang plus qu’un photographe est un poete visuel qui compose en images des jeux de mots ou de signes. Il procède par collages, collisions et inversions.

nan-goldin_valerie_phillips_auctions

Photographs, Phillips auction

Photographs New Yorks auction, une vente aux enchère qui s’annonce exceptionnelle

catherine-balet_photography

Catherine Balet, les images incertaines

Catherine Balet est une plasticienne qui utilise la photographie numérique et ses moyens de manipulation tel un outil de décomposition et reconstruction de l’image elle même qu’il s’agisse du costume comme identification, du réseau des images sur le web ou des icônes populaires, en l’occurrence celles de la photographie.

Trine Søndergaard oeuvres

Pin It on Pinterest

Share This