La photographie et la boite de Pandore

Accueil » Photographie » La photographie et la boite de Pandore | Par Thierry Grizard, publié le 12 juin 2016, modifié le 2 décembre 2018

Photographie !

De la reproduction au doute

man-ray, mam, exhibition, la-boite-de-pandore, pandora, photography, 2016, paris, france, jan-dibbets

L’objet de cette exposition au Musée d'Art Moderne de la ville de Paris est selon le communiqué de presse la photographie dans la perspective de la photographie plasticienne mais aussi en tant qu’outil technologique. On va donc du daguerréotype à l’extrapolation en 3D en passant par la microphotographie l’étude du mouvement par Muybridge et les expérimentations surréalistes.Un parcours intéressant au parti pris marqué et assumé mais qui fait du coup l’impasse sur bien des aspects de la eadweard muybridge, mam, exhibition, la-boite-de-pandore, pandora, photography, 2016, paris, france, jan-dibbets photographie.

Rhizome.

En effet, la boite de Pandore qu’a ouverte la photographie n’est pas seulement celle de la fin de l’illusionnisme ou de l’authenticité ou encore de l’objectivité de l’outil.

On regrette donc un grand absent: l’image rhizomique, c’est à dire celle des réseaux sociaux qui tout en donnant une place inouïe à la photographie l’annule partiellement en l’absorbant dans l’image dématérialisée comme narration, autofiction, et signe adressé à une tribu, une communauté ou le « monde » « virtualisé ».

La boite de Pandore ultime !

L’image photographique partagée/manipulée/recrée de toute pièce/sans auteur avéré est devenue si prédominante qu’on aurait aimé voir cet ultime fruit de la boite de Pandore. Mais en considération de la perspective adoptée on ne peut en faire reproche à Jan Dibbets, le commissaire de cette exposition. Néanmoins, en parcourant cette proposition muséale on peut se demander si la photographie en tant que telle n’est pas morte. Ou doit on proclamer : « la photographie est morte vive la photographie »?

Où est l'objet ?

En effet,L’objet de la “photo” n’est donc plus tant le réel qu’un système sémiotique, (umwelt), où se mêle captation réelle et réappropriations sans signature. Le référent de la “photo” se dissout car l’objet de l’image c’est avant tout le signe à échanger. Au final la boite de Pandore n’a jamais été aussi largement ouverte. On attend donc l’au delà de cette exposition avec curiosité, ce pourrait être: “La boite de Pandore 2.0 et au-delà”.

Où est le medium.

L’image photographique n’est plus guère l’expérimentation du medium pour lui même. On serait tenter de dire que le téléphone connecté au capteur photographique surpuissant en a fait plutôt un outil visuel de narration. La photographie est devenue ouvertement productrice de signes, c’est maintenant un outil d’échange de signes de reconnaissance très souvent équivoques car polysémiques.etienne-leopold-trouvelot, exhibition, la-boite-de-pandore, pandora, photography, 2016, paris, france, jan-dibbets

 
 

LA BOITE DE PANDORE | MaM.

Une autre photographie par Jan Dibbets. Musée d'Art Moderne de la ville de Paris. Du 25 mars au 17 juillet 2016.


 

mam, exhibition, la-boite-de-pandore, pandora, photography, 2016, paris, france, jan-dibbets, man-ray, thomas-ruff, bernd-hilla-becher, boltanski, hiroshi-sugimoto

©Les artistes.

Courtesy MaM, Paris

A voir aussi

hiroshi-sugimoto_diorama_photography

Hiroshi Sugimoto | Dioramas

Les Dioramas de Sugimoto Hiroshi Sugimoto : “Upon first arriving in New York in 1974, I did the tourist thing. Eventually I visited the Natural History Museum, where I made a curious discovery: the stuffed animals positioned before painted backdrops looked utterly fake, yet by taking a quick peek with…

hiroshi-sugimoto_photography_conceptual-art

Hiroshi sugimoto, Theaters

Hiroshi Sugimoto, une archéologie du future Hiroshi Sugimoto : “I’m a habitual self-interlocutor. Around the time I started photographing at the Natural History Museum, one evening I had a near-hallucinatory vision. The question-and-answer session that led up to this vision went something like this: Suppose you shoot a whole movie…

vik muniz, courbet, pop art, trash art, origine du monde

Vik Muniz, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme

Les Mandalas des Favelas Vik Muniz (né en 1961 à Sao Paulo, Brésil) vit et travaille à Brooklyn, USA. L’artiste plasticien et photographe reprenant une longue lignée d’artistes travaillant depuis les rejets de la société de consommation de masse recréer à l’instar du pop art à partir d’objets banals, trouvés,…

laure-albin-guillot, nude, photography

Laure Albin Guillot. Les charmes modernes de l’antique

Les charmes modernes de l’antique Laure Albin Guillot (1879–1962) est une photographe de l’avant-guerre qui s’est consacrée à la promotion de la photographie. Une grande rétrospective de quelques 200 épreuves lui a été consacrée au musée du Jeu de Paume en 2013. Laure Albin Guillot a en particulier initié la…

sylvie-bonnot, photographie, origami, plasticien, art-contemporain

Sylvie Bonnot ou de l’extension du domaine de la représentation

Les “merz” de Sylvie Bonnot et au-delà Sylvie Bonnot (née en 1982, vit et travaille à Saint Léger sous La Bussière) est une photographe/plasticienne qui procède à une sorte de topographie subjective. Une démarche très intéressante sur l’espace et sa représentation, en l’occurrence l’une de ses formes archétypales : le paysage.…

thomas-ruff-photography

Thomas Ruff L’image photographique n’est-elle qu’un simulacre ?

Thomas Ruff depuis le début de sa carrière se concentre sur le médium photographique. Il analyse méticuleusement dans une esthétique propre à la Photographie Objective affiliée à l’Ecole de Düsseldorf la nature essentielle. Il en résulte un travail fascinant de déconstruction et de reconstruction à travers les grands usages de la photographie, notamment le portrait.

Pin It on Pinterest

Share This