Michael Ackerman, la photographie à fleur de peau

Accueil » Photographie » Michael Ackerman, la photographie à fleur de peau | Par Thierry Grizard, publié le 23 juin 2019, modifié le 24 juin 2019

Michael Ackerman, l'émotion en filigrane

Michael Ackerman est un photographe d’origine israélienne (né à Tel Aviv en 1967) de nationalité américaine, vivant à Berlin, qui se situe dans ce qu’on pourrait désigner comme la photographie émotionnelle, en ce sens où elle se confronte au réel mais dans une approche des affects.

michael-ackerman_photography_solo-show_camera-obscura-gallery_paris_2019

Il s’agit d’une pratique introvertie de la photographie de rue, qui n’est que l‘occasion d’une exaspération des sens et du regard. Le référent n’est ni la scène, ni les objets de la photographie mais les émotions produites par ces derniers. L’intersubjectivité dans le cas de Michael Ackerman est en outre, à part quelques exceptions, notamment dans ses relations sentimentales et familiales, totalement univoque. La photographie est le miroir déformant, presque expressionniste, des états émotionnels du photographe. Ce qui est, en réalité, fréquemment le cas, y compris dans la majorité des démarches objectivistes. Chez le photographe américain cela prend tout de même une tournure particulièrement torturée qui n'est pas sans rappeler la mélancolie morbide de Sally Mann (voir notre article) ou le spleen de Todd Hido (voir notre article)

michael-ackerman_photography_solo-show_camera-obscura-gallery_paris_2019

Michael Ackerman quand il aborde le sujet des filiations évoque volontiers Rouault, ce pourrait être aussi bien Edvard Munch, Otto Dix, ou certains photographes japonais tels que Daido Moriyama, (lui même probablement tributaire du mouvement Gutai dont le manifeste fondateur date de 1956), et le mouvement artistique Provoke, voire Nobuyoshi Araki(voir notre article).

On rapproche aussi assez souvent Michael Ackerman de quelques-uns de ses compatriotes dont Robert Franck, Garry Winogrand ou bien de certains aspects du travail de Duane Michals ou même Ralph Gibson.

Il existe enfin un évident parallèle de la photographie de Michael Ackerman avec le cinéma, quand celui-ci soumet la narration au chaos des émotions. Il y a dans le travail de l’artiste américain une dimension sinon narrative tout du moins anecdotique, le réfèrent n’est par conséquent pas l’objet dans le cadre mais un évènement soumis à une certaine dramaturgie, laquelle se construit dans la relation au temps et les corrélations muettes entre les instants du flux temporel.

Les images d’Ackerman, plus que d’autres, ne prennent leurs réelles dimensions que dans les rebonds, rappels, filiations implicites. Il n’y a pas de scénario mais des moments « montés » en images fixes qui sont autant de facettes du photographe et de sa réception fiévreuse de la réalité.

michael-ackerman_photography_solo-show_camera-obscura-gallery_paris_2019

Philippe Grandrieux a produit autour des années 2000 un cinéma très proche de cette photographie. La photographie entendue comme ambiance artistique d’un film, la « couleur » ou « l’atmosphère » cinématographique. Grandrieux, dans le film intitulé « Sombre », développe une tonalité photographique faite d’exacerbations et de catatonies qui offre des similitudes très instructives concernant le corpus d’Ackerman. Lars Van Trier dans « Les Idiots », « Breaking The Waves » ou Gaspar Noe dans « Enter the Void » procurent un éclairage également saisissant du travail de Michael Ackerman.

L’artiste américain apparait alors comme le photographe de plateau de sa propre dramaturgie, ce n’est pas de la Street Photography surexcitée ou neurasthénique mais les instantanés d’un récit visuel oscillant entre exaltations et abattements.

michael-ackerman_photography_solo-show_camera-obscura-gallery_paris_2019


Michael Ackerman. Watermark
Galerie Camera Obscura
Du 7 juin au 27 juillet 2019


© Michael Ackerman.

Michael Ackerman, oeuvres (sélection)

© Sally Mann. Courtesy musée du Jeu de Paume.

Newsletter AF

Michael Ackerman

Galerie photos et bio

A voir Aussi

sally-mann,photography,immediate-family

Sally Mann ou la vie dans les bois

Sally Mann est bien plus qu’une photographe, elle utilise ce médium comme un journal intime où se mêlent réflexions proches de la philosophie, l’introspection et toutes les émotions ordinaires mais parfois extatiques du quotidien, à l’image d’une révélation sensuelle, parfois mystique, qui dans le cas de la photographe américaine se rapporte constamment à la Nature entendue comme un cosmos où l’individu prend activement sa place.

emmet-gowin,photography,edith

Emmet Gowin, la photographie intimiste

Emmet Gowin est un photographe assez singulier bien que son œuvre relève pour partie de la Photographie Objective dans sa vision américaine et de la Street Photography, pourtant en cultivant une photographie de l’intime il a ouvert une nouvelle voie que de très nombreux photographes ont depuis empruntée.

henry-wessel_street-photography_dark-thread_mep

Henry Wessel, photographie et déambulations californiennes

Henry Wessel est un photographe de rue, il divaguait avec son Leica se disposant au hasard, puis revenu au studio un long travail de maturation, parfois de plusieurs années, commençait, une sorte de récollection où la photographie se révèle dans sa véritable singularité. Le photographe californien créait donc a posteriori des ensembles dont il finissait par déceler l’agencement formel propice à de nouveaux récits totalement étrangers à la prise de vue initiale.

alex-majoli_le-bal_scene_photography

Alex Majoli, un photojournaliste baroque

Alex Majoli est un photojournaliste eminent de l’agence Magnum, depuis 8 années il parcourt le monde pour en donner une autre image, profondement théâtrale.

vivian-maier-street-photography-selfportrait

Vivian Maier entre ombres et miroirs

Vivian Maier, de manière posthume, est passée en quelques années de l’anonymat total à celui de figure centrale de la Street Photography, pourtant ce rattachement ne rend compte que d’une partie de son oeuvre très variée et souvent paradoxale, exactement telle qu’elle fut de son vivant.

todd-hido,photography,house-hunting

Todd Hido, une photographie atmosphérique

Todd Hido est un photographe américain qui maintient ensemble des lignes de forces apparemment contradictoires, le documentariste et l’onirisme, le dépouillement et la sophistication, l’autobiographique et l’ellipse, il fait de ces conflits, potentiellement déstructurant, des paradoxes visuels fascinants.

raoul-hausmann,dada,photography,dadaism,modern-art,museum,jeu-de-paume,vera-broido

Raoul Hausmann l’oeil de Dada

Raoul Hausmann est un des fondateurs du mouvement Dada à Berlin, suite à son exil d’Allemagne en raison des persécutions nazis, il se consacre à la photographie tout en restant fidèle à Dada et sa manière positive de le concevoir qu’il a désigné par le terme de Sensorialité Excentrique.

Pin It on Pinterest

Share This