Antoine Roegiers, galerie Suzanne Tarasieve - ARTEFIELDS
antoine-roegiers_art-exhibition-suzanne-tarasieve-gallery_paris_2020

Antoine Roegiers, galerie Suzanne Tarasieve

Article publié par Communiqué le 1 février 2020

Antoine Roegiers est un artiste peintre belge qui revisite les peintres flamands sous les auspices de James Ensor et Félicien Rops. 1 février – 7 mars 2020

ANTOINE ROEGIERS , « LE CARNAVAL DES GÉANTS »

Antoine Roegiers, artiste Belge qui vit depuis l’âge de 3 ans en France, pluridisciplinaire, il sort diplômé des Beaux-Arts de Paris en 2007 avec les félicitations du jury et récompensé du Prix Roger Bataille.
C’est justement à l’école des Beaux-Arts qu’Antoine Roegiers entame ce travail sur les maîtres flamands qui l’amèneront à puiser dans les grandes œuvres de Brueghel, Bosch, Rubens, mais aussi les peintres et graveurs belges du XIXe siècle Ensor et Rops. Il se sert de différents supports et techniques, parmi lesquelles les dessins à la plume ou à l’acrylique, le travail d’animation vidéo et la peinture à l’huile sur bois et sur toile.
Il dialogue ainsi avec les grands maîtres à plusieurs siècles d’intervalles par le prisme d’un regard contemporain. Il livre une version personnelle et drôle de ces géants de l’art et emmène le visiteur dans ses propres rêveries à l’intérieur de ces riches mondes picturaux.

L’exposition entière s’articule autour d’une œuvre centrale, Carnavals qui a nécessité à elle seule un an et demi de travail. Un grand retable comprenant 4 peintures à l’huile sur bois et une œuvre vidéo, inspirée, au départ, du tableau de Pieter Bruegel « Le combat de Carnaval et Carême ». Le retable fermé soulève la curiosité du spectateur et ses faces extérieures font l’objet d’un jeu de symboles et d’humour. Des gens de dos observent une parade mystérieuse. Et le spectateur actif, doit prendre part et se frayer un chemin dans la foule agitée en ouvrant les volets pour découvrir le spectacle qu’il renferme.
Par conséquent, l’ouverture du retable acquiert un certain caractère cérémoniel et ludique et révèle, au centre de la peinture, le film animé.

Dans ce film les univers de Bruegel, Bosch et Ensor fusionnent pour ne faire qu’un et devenir une œuvre inédite. Grâce à sa maîtrise et à sa compréhension de ces grandes œuvres, l’artiste a une approche originale et surprenante. On peut découvrir la minutie de son travail en observant les 48 dessins présentés, qui sont la matrice même du film.
Antoine Roegiers se prête également à un jeu de décontextualisation des personnages et des scènes et leur consacre tout l’espace de ses œuvres – elles en deviennent le centre de notre attention. Il octroie ainsi à ces figures drôles et intrigantes un caractère tout à fait nouveau. Cela se traduit en une série de portraits burlesques de visages masqués, des scénettes grouillantes, des paysages oniriques… Mais aussi des peintures du mouvement qui signent une correspondance avec ses œuvres video dont l’imagerie video contemporaine en est le sujet en se servant par exemple du flou optique dans le magistral triptyque Le baiser.

Antoine Roegiers recrée un monde fascinant à partir des maîtres flamands du XVIème siècle jusqu’au XIXème siècle avec Ensor et nous en propose une réinterprétation tout à fait unique. Il plonge le spectateur dans son ressenti, en le faisant rentrer dans le tableau, pour lui en révéler sa vision singulière.

antoine-roegiers_art-exhibition-suzanne-tarasieve-gallery_paris_2020
© Antoine Roegiers.

A voir également :


« Le carnaval des géants », Antoine Roegiers

Galerie Suzanne Tarasieve

1 février – 07 mars 2020