Skip to content
ARTEFIELDS, magazine d'art & photographie

Vik Muniz, rien ne se perd, rien ne se créer, tout se transforme

Accueil » art contemporain » Vik Muniz, rien ne se perd, rien ne se créer, tout se transforme | Par Thierry Grizard, publié le 7 juin 2015, modifié le 12 octobre 2019

Les Mandalas des Favelas

vik muniz

Vik Muniz (né en 1961 à Sao Paulo, Brésil) vit et travaille à Brooklyn, USA.

L'artiste plasticien et photographe reprenant une longue lignée d'artistes travaillant depuis les rejets de la société de consommation de masse recréer à l'instar du pop art à partir d'objets banals, trouvés, détritus ou matières diverses (sucre, chocolat, etc.) de grandes icones populaires de l'art ou des médias.

Les répliques de Vik Muniz ne respectent jamais dans le détail les référents, seules les grandes lignes de l'œuvre originale sont reproduites. Dans les détails, c'est un chaos tridimensionnel de matières variées, en passant de pièces de puzzle à des matières organiques.

vic muniz, galerie xippas paris, exposition

L'héritage du dadaïsme, des « merz »@ de Kurt Schwitters ou encore la filiation à Marcel Duchamp, pour les collages et les décalages discursifs est évident. D'autant plus qu'il y a dans la démarche de Vik Muniz une volonté critique très forte. De même ce recyclage de matières fait bien entendu penser à Rauschenberg avec la même volonté d'enracinement sociologique.

Cependant Vik Muniz va plus loin puisque toutes ces œuvres sont promises à la destruction et ne garderont pour trace qu'une prise de vue photographique. Ultime reproduction dans un circuit de recyclage qui met en abime la question de l'image vernaculaire, de la matière brute ou manufacturée et de la mémoire collective.

vic muniz, galerie xippas paris, exposition, marat, jacques-louis david

La démarche de Vik Muniz est d’autant plus radicale que chacune des ses productions exige souvent un travail colossal. Il a ainsi demandé à des personnes vivant du ramassage d’ordures dans la plus grande décharge du monde : Jardim Gramacho, près de Rio, de réaliser des reproductions d'œuvres de David, Goya ou Michel-Ange. Le travail accompli tout fut détruit après la fixation sur pellicule du travail réalisé.

Les tirages photographiques ont néanmoins été ensuite vendus chez Sotheby’s, ce qui a permis à la communauté de récupérer de la vente 250 000 $.

vic muniz, galerie xippas paris, favelas, jardim gramacho


Les œuvres qui ont propulsé Vik Muniz sur la scène internationale de l'art contemporain :

  • Pictures of Chocolate, 1997.


vic muniz, galerie xippas paris, exposition, caravage, saint thomas, pictures of chocolate


  • Pictures of Junk, 2006.

vic muniz, galerie xippas paris, exposition


Le travail de Vik Muniz procède donc un peu à la manière d’un Mandala. Un support de « méditation » en trois dimensions fruit d’un long travail fastidieux et minutieux, promis à la « destruction » ou plutôt au retour dans le flux sans fin des signes, de la matière, de l’impermanence de toute chose.


Le site de l'artiste.

Galerie Xippas


Voir aussi:

Catalogue de l'exposition "Imaginária" à Avignon, Collection Lambert, 2019.

Laissez un commentaire

Vous devez être connectés afin de publier un commentaire.

Scroll To Top