JOHN GIORNO, UGO RONDINONE, Yes we love him

Accueil » art contemporain » JOHN GIORNO, UGO RONDINONE, Yes we love him | Par Thierry Grizard, publié le 10 décembre 2015, modifié le 1 janvier 2019

Yes we love him

 

Ugo Rondinone parcourt avec ferveur, au Palais de Tokyo, l'œuvre du poète John Giorno.

Ugo Rondinone a créé un parcours envoutant au Palais de Tokyo. Une "rétrospective" à la scénographie percutante qui va du journal intime géant et immersif, (dans la seconde salle), à l'intimité quasi érotique sous le regard désirant d'Andy Warhol et les poèmes "au téléphone" scandés par d'énormes typographies à la dynamique aussi pétulante qu'une réclame. C'est comme une plongée dans le courant de conscience.

Molly et John Giorno

Le parcours proposé par Ugo Rondinone fait immanquablement penser au long monologue langoureux de Molly dans Ulysse de James Joyce.

ugo rondinone, john-giorno, palais-de-tokyo, paris, 2015


Mnémosyne

Puis l'on pénètre par un réduit sombre dans les méandres de la mémoire du poète. Le parcours "Joycien" d'Ugo Rondinone débute et laisse les mots et formules du poète tapisser les immenses murs dans un patchwork onirique.

ugo-rondinone, john-giorno, palais-de-tokyo, paris, 2015


La "Mes tempes si choses" Joycienne !

Ou comment Ugo Rondinone célèbre par associations libres l'enthousiasme des années 60. Des formules elliptiques couvrent les grands panneaux pour souligner la brièveté de la vie, la force de l'amour et le pouvoir mortifères des idéologies autoritaires.

ugo rondinone, john-giorno, palais-de-tokyo, paris, 2015


"Dial a poem"

Les ready made poétiques de John Giorno et l'emprunt Pop Art à la culture "populaire", mais aussi l'annonce prémonitoire des réseaux sociaux.

ugo rondinone, john-giorno, palais-de-tokyo, paris, 2015


Onirisme et hyperréalisme

En fin de parcours dans la pénombre on pénètre dans la chambre à coucher d'Andy Warhol et l'hyperréalisme filmique qui tente de capter le désir sans trop y parvenir.

ugo rondinone, john-giorno, palais-de-tokyo, paris, 2015


Yes we love him

Ce qui séduit tant dans ce parcours historique, intime et presque psychanalytique c'est l'étonnante efficacité de cette rétrospective. Les effets graphiques ne sont jamais gratuits parce qu'ils sont inspirés, étayés et pourtant personnels. C'est comme une intrusion consentie et souriante dans l'intimité dionysiaque d'un poète de la "Beat Generation". Epoque qui paraît de nos jours si euphorisante et iconoclaste.


"UGO RONDINONE : I ♥ JOHN GIORNO" est la première rétrospective mondiale sur la vie et l’œuvre du poète américain John Giorno (né en 1936, vit à New York), figure majeure de la scène underground américaine des années 1960. L’exposition est conçue par l’artiste suisse Ugo Rondinone (né en 1964, vit à New York) comme une œuvre à part entière, sous la forme d’une déclaration d’amour."


UGO RONDINONE : I ♥ JOHN GIORNO

PALAIS DE TOKYO

Du 21/10/2015 au 10/01/2016

Bruce Nauman

Ed Ruscha | Books

Andy Warhol Unlimited


©John Giorno

©Ugo Rondinone

Courtesy Palais de Tokyo

Photographies: Thierry Grizard

A voir Aussi

michael-ackerman_photography_solo-show_camera-obscura-gallery_paris_2019

Michael Ackerman, la photographie à fleur de peau

Michael Ackerman est un “street photographer” bien particulier puisque ce qu’il glane n’est rien d’autre que des instantanés d’états émotionnels. De la Street Photography des affects.

sally-mann_photography_solo-show_jeu-de-paume_2019

Sally Mann au musée du Jeu de Paume. A thousand crossings

Sally Mann expose au musée du Jeu de Paume depuis le 18 juin 2019. Il s’agit là de la plus grande rétrospective consacrée à la photographe américaine en France. L’exposition a pour centre d’intérêt la relation de Sally Mann au Sud des États des Unis. Le grand mérite de cette focalisation est de pointer le cœur de l’oeuvre de Sally Mann.

henry-wessel_street-photography_dark-thread_mep

Henry Wessel, photographie et déambulations californiennes

Henry Wessel est un photographe de rue, il divaguait avec son Leica se disposant au hasard, puis revenu au studio un long travail de maturation, parfois de plusieurs années, commençait, une sorte de récollection où la photographie se révèle dans sa véritable singularité. Le photographe californien créait donc a posteriori des ensembles dont il finissait par déceler l’agencement formel propice à de nouveaux récits totalement étrangers à la prise de vue initiale.

hicham-berrada_installation_chimestry

Hicham Berrada, paysages entropiques et peinture alchimique

Hicham Berrada se présente comme peintre, un peintre alchimiste qui crée ex nihilo des paysages fantastiques à partir de réactions physiques et chimiques plus ou moins complexes.

raphael-dallaporta_niepce_photography

Raphaël Dallaporta, Les évidences vacillantes de la photographie

Raphael Dallaporta est un photographe qui sous des dehors de documentaliste nous livre à la fois des faits, mais aussi une critique très élaborée et subtile du médium photographique et de l’image en général. Il glisse en outre constamment dans ses images une réflexion mélancolique sur le devenir, la vie, l’histoire et la violence. La plupart de ses inventaires sont tels des vanités.

serban-savu_painting_romania

Serban Savu, romantisme et social réalisme poétique

Serban Savu avec Adrian Ghenie fait partie de l’Ecole de Cluj mais chez Savu l’expressionnisme fait place à une sorte de post réalisme socialiste poétique.

Pin It on Pinterest

Share This