Tsang Kin Wah, l’art peut il être immersif ?

Accueil » art contemporain » Tsang Kin Wah, l’art peut il être immersif ? | Par Thierry Grizard, publié le 14 juin 2015, modifié le 18 juin 2019

L'art peut il être une expérience immersive ?

Tsang Kin WahTsang Kin Wah, (né à Shantou en 1976, Chine) a commencé par un travail typographique souvent dans le cadre d’interventions qui prennent possession d’un lieu. Il couvre murs, sols et plafonds de phrases ou de mots relatifs à de grands concepts et valeurs tels que le bien, le mal, la mort, la vie et leurs interactions avec l’individu et sa subjectivité. Tsang Kin Wah est très influencé par une éducation chrétienne qu’il réinterprète à la lumière de Nietzche qui, dit-il, lui apporte un éclairage positif sur l’héritage essentiellement négatif de ses influences chrétiennes.

L’effet de ses calligraphies itératives et souvent curvilignes fait évidemment penser à l’op art. Néanmoins, l’adjonction d’ambiances sonores - également sérielles -  particulièrement oppressantes et le contenu des éléments décoratifs procurent à l’ensemble un tout autre sens, voire même une dimension tragique quoique teintée d’ironie.

« The Seven Seals », (2009)

Dans cette pièce Tsang Kin Wah nous confronte aux maux de l’humanité : la mort, la guerre, le suicide, le déni, etc., placés cette fois dans la perspective d’un éternel retour, celui des maux collectifs comme de notre perception individuelle de la récurrence. Là encore Tsang Kin-Wah procède par boucles sonores et visuelles particulièrement immersives qui nous conduisent à une introspection angoissée face aux plaies de l’histoire collective, mais aussi sur le plan des concepts universels qui nous sont assénés en projection et qui nous amènent à réfléchir sur l’impermanence et la futilité de toute chose.


tsang-kin-wah, ecce-homo, trilogy


« Ecce Homo »,  (2011/12)

Dans « Ecce Homo » (référence à Ponce Pilate et Nietzsche), en retraçant le procès de Nicolae Ceaușescu, Tsang Kin-Wah nous immerge dans l’expérience subjective du jugement et de la sentence qui vont jusqu’à l’exécution d’un homme. En procédant par immersion, et donc en faisant appel à nos émotions, Tsang Kin-Wah questionne sans réponse préétablie de sa part la relation entre les faits, le discours, les valeurs et notre subjectivité, mais aussi le rapport entre les énoncés sociaux, moraux et notre ressenti.


stang kin wah, ecce-homo, trilogy


« The Infinite Nothing », (2015)

Pavillon de Hong Kong | The 56° Biennale de VeniseConçue spécialement pour la Biennale de Venise cette installation vidéo constitue à partir de quatre pièces vidéo une trame narrative développant le concept de l'éternel retour, des cycles et des retours sur soi au travers de certaines idées philosophiques (Nietzsche, le bouddhisme) ou encore de grands symboles populaires ou religieux. Le parcours débute par une rivière métaphorique pour se poursuivre dans des flots de mots ou phrases évoquant certaines idées universelles pour finalement revenir à la projection initiale.


tsang-kin-wah, the-infinite-nothing, venice, biennale


Tsang Kin-Wah | THE INFINITE NOTHING
Pavillon de Hong Kong | The 56° Biennale de Venise

Newsletter AF

A voir Aussi

michael-ackerman_photography_solo-show_camera-obscura-gallery_paris_2019

Michael Ackerman, la photographie à fleur de peau

Michael Ackerman est un “street photographer” bien particulier puisque ce qu’il glane n’est rien d’autre que des instantanés d’états émotionnels. De la Street Photography des affects.

sally-mann_photography_solo-show_jeu-de-paume_2019

Sally Mann au musée du Jeu de Paume. A thousand crossings

Sally Mann expose au musée du Jeu de Paume depuis le 18 juin 2019. Il s’agit là de la plus grande rétrospective consacrée à la photographe américaine en France. L’exposition a pour centre d’intérêt la relation de Sally Mann au Sud des États des Unis. Le grand mérite de cette focalisation est de pointer le cœur de l’oeuvre de Sally Mann.

henry-wessel_street-photography_dark-thread_mep

Henry Wessel, photographie et déambulations californiennes

Henry Wessel est un photographe de rue, il divaguait avec son Leica se disposant au hasard, puis revenu au studio un long travail de maturation, parfois de plusieurs années, commençait, une sorte de récollection où la photographie se révèle dans sa véritable singularité. Le photographe californien créait donc a posteriori des ensembles dont il finissait par déceler l’agencement formel propice à de nouveaux récits totalement étrangers à la prise de vue initiale.

hicham-berrada_installation_chimestry

Hicham Berrada, paysages entropiques et peinture alchimique

Hicham Berrada se présente comme peintre, un peintre alchimiste qui crée ex nihilo des paysages fantastiques à partir de réactions physiques et chimiques plus ou moins complexes.

raphael-dallaporta_niepce_photography

Raphaël Dallaporta, Les évidences vacillantes de la photographie

Raphael Dallaporta est un photographe qui sous des dehors de documentaliste nous livre à la fois des faits, mais aussi une critique très élaborée et subtile du médium photographique et de l’image en général. Il glisse en outre constamment dans ses images une réflexion mélancolique sur le devenir, la vie, l’histoire et la violence. La plupart de ses inventaires sont tels des vanités.

serban-savu_painting_romania

Serban Savu, romantisme et social réalisme poétique

Serban Savu avec Adrian Ghenie fait partie de l’Ecole de Cluj mais chez Savu l’expressionnisme fait place à une sorte de post réalisme socialiste poétique.

Pin It on Pinterest

Share This