Skip to content
ARTEFIELDS, magazine d'art & photographie

Talia chetrit et l’ego-portrait

Talia Chetrit est une jeune artiste conceptuelle américaine qui fait de l'image photographiée et de l'objectif qui la capture le centre de sa démarche, elle assimile l’œil scopique à une Origine du Monde (numérique) qu'elle expose littéralement à travers sa nudité.

Accueil » art contemporain » Talia chetrit et l’ego-portrait

Quel est l’objet de l’objectif ?

La jeune photographe américaine Talia Chetrit (née à Washington DC en 1982, elle vit et travaille à New York) fait graviter son travail autour de la notion d’intimité, de vie privée à l’ère d’Instagram et de l’egoportrait. Elle applique fréquemment cette problématique de manière littérale, en pratiquant le portrait narcissique avec miroir ce qui induit d’office la mise en abîme sur la pierre d’achoppement de l’itération. Sur bien des points son travail est à situer dans le domaine de la photographie conceptuelle à mi-chemin de Francesca Woodman, Cindy Sherman et Vanessa Beecroft. On peut également déceler de nombreux hommages aux grandes figures du féminisme de l’art moderne, notamment Valie Export (« Jeans », 2016), Ana Mendieta et Carolee Schneemann.

talia-chetrit_photography

L’Origine du Monde et l’œil de la photographie

Talia Chetrit épaissit le propos en se mettant en situation d’Origine du Monde.  En effet, elle est fréquemment son propre modèle et prend la pause en pastichant les images des autofictions telles qu’on les trouve sur Facebook ou Instagram. Elle introduit néanmoins l’incongruité en exposant au premier plan sa vulve dans des contorsions parfois inspirées de la pornographie ou des selfies sirupeux des bimbos du web. En outre, le rappel constant du sulfureux tableau de Gustave Courbet met en exergue l’occultation des femmes derrière les images de la « féminité » et de l’érotisme conventionnel.

L’autoportrait nue en posture d’Origine du Monde, comme une source ou un retour de l’image à son origine, trouble définitivement les catégories rassurantes prétendant isoler l’intimité privée du regard narcissique publique. 

Par-delà une première impression de superficialité et de provocation facile on perçoit la complexité du travail de l’artiste qui nous fait franchir les fragiles limites de la bienséance pensante.

D’autres séries explorent soit l’ambigüité de toute photographie à la suite des trois Thomas de la photographie objective allemande (Thomas Ruff, Thomas Struth, Thomas Demand), soit la frontière poreuse, dans le registre de la photographie, entre l’intime, le privé et ce qui est offert sciemment ou accidentellement.

Voir, vu et être vu

Talia Chetrit, dans la série « Streets » (2015/…), (un hommage sarcastique à la Street Photography (voir notre article)), file la métaphore de l’anonymat et du voyeurisme photographique à la longue focale, qui dérobe des moments anonymes (les passants newyorkais) et extrait dans le même temps un moment privé dont le secret demeure insondable. Elle multiplie les plans intermédiaires (rideaux, montants de fenêtres, reflets du photographe) qui sont comme autant d’obstacles qui occultent partiellement l’objet scopique comme ils dissimulent et révèlent le voyeur.

talia-chetrit_mackbooks_showcaller
Talia Chetrit, ‘Streets #5’, 2018 in Showcaller (MACK, 2019). Courtesy the artist and MACK.

Dans la série « Sex » (2016/…) elle se met en scène avec un partenaire sexuel photographiant au moyen d’un déclencheur filaire leurs ébats dans des cadres bucoliques et kitsch. La construction conceptuelle est identique aux séries précédentes : le voyeur qui est en tant que regardeur derrière l’objectif, l’objet scopique complice de l’échange et donc en situation d’exhibitionniste déclenchant lui-même l’instant de la capture. Talia Chetrit s’évertue donc à faire bouger toutes les frontières, l’actif et le passif, le sujet réifié et le voyeur dévoilé et piégé, etc.

talia-chetrit_photography
Talia Chetrit. ‘Untitled (Outdoor Sex #1)’, 2018 in Showcaller (MACK, 2019). Courtesy the artist and MACK.

Dans la série consacrée aux photographies de famille revisitées, elle recadre des images privées en vue de leur octroyer une dimension formelle ou narrative totalement étrangère au référent initial.

L’essentiel de sa démarche consiste donc à mettre le scopique et son medium (l’œil de la photographie) au centre du dispositif conceptuel en vue de faire céder les fondements déjà bien ébranlés de l’image en général et de la photographie en particulier (voir notre article).


talia-chetrit_photography

talia-chetrit_photography

talia-chetrit_photography

talia-chetrit_mackbooks_showcaller
Talia Chetrit, ‘Untitled (Bottomless #4)’, 2015, in Showcaller (MACK, 2019). Courtesy the artist and MACK.

talia-chetrit_mackbooks_showcaller
Talia Chetrit, ‘Self-portrait (all fours)’, 2017 in Showcaller (MACK, 2019). Courtesy the artist and MACK.

« Showcaller », Première monographie consacrée à Talia Chetrit

MACK books
OTA bound paperback with flaps
29 x 22 cm
Publication date: January 2019
ISBN: 978-1-912339-41-9


 Talia Chetrit est représentée par la galerie Kaufmann Repetto


Courtesy the artist, Courtesy MACK, courtesy Kaufmann Repetto gallery.

© Talia Chetrit.


talia-chetrit_mackbooks_showcaller
Talia Chetrit, ‘Daphne (Foot)’, 2013/2016 in Showcaller (MACK, 2019). Courtesy the artist and MACK.

Newsletter

anselm-kiefer_couvent-tourette_art-exhibition_2019

Anselm Kiefer en résonance au couvent de La Tourette

Anselm Kiefer revient 53 ans après au couvent de La Tourette pour y exposer une trentaine d’oeuvres qui s’y incrivent parfaitement entre béton et lumière

sally-mann_photography_jeu-de-paume_solo-show_2019

Sally Mann au musée du Jeu de Paume. A thousand crossings

Sally Mann expose au musée du Jeu de Paume depuis le 18 juin 2019. Il s’agit là de la plus grande rétrospective consacrée à la photographe américaine en France. L’exposition a pour centre d’intérêt la relation de Sally Mann au Sud des États des Unis. Le grand mérite de cette focalisation est de pointer le cœur de l’oeuvre de Sally Mann.

cindy-sherman_photography_picture-generation

Cindy Sherman The Picture Generation

Cindy Sherman, la représentante la plus fameuse de la Picture Generation avec Richard Prince, a fondé tout son travail sur le travestissement et les simulacres, en portant des masques parodiques elle tente de montrer ce qui se cache derrière eux.

rinus-van-de-velde_the-villagers_tim-van-laere_2019

Rinus Van de Velde l’écriture figurative

Rinus Van de Velde est un jeune artiste belge qui pratique une peinture autobiographique fictionnelle sous la forme d’une écriture figurative aussi étourdissante qu’un rêve éveillé effréné. Avec la série « The Villagers » Rinus Van de Velde expérimente la couleur dans une ambiance sarcastique de roman photo.

jeremy-liron_paintings_contemprary-art

Jeremy Liron les géométries venteuses

Jeremy Liron est un jeune artiste peintre français qui construit à partir de paysages urbains soumis à la lumière abrupte du sud de la France une élégie picturale.

chiharu shiota, contemporary art, installation, galerie art, art, daniel templon, japon, artiste, plasticien, performance, memory, shiota, bon marche

Chiharu Shiota simplicité et évidence

Shiharu Shiota est une artiste japonaise qui tisse les fils de la mémoire et de l’intersubjectivité, elle remplit les lieux des fragiles traces laissé sur le temps.

Scroll To Top