Talia chetrit et l’ego-portrait

Accueil » art contemporain » Talia chetrit et l’ego-portrait | Par Thierry Grizard, publié le 20 janvier 2019, modifié le 6 mars 2019

Quel est l'objet de l'objectif ?

La jeune photographe américaine Talia Chetrit (née à Washington DC en 1982, elle vit et travaille à New York) fait graviter son travail autour de la notion d'intimité, de vie privée à l'ère d'Instagram et de l'egoportrait. Elle applique fréquemment cette problématique de manière littérale, en pratiquant le portrait narcissique avec miroir ce qui induit d'office la mise en abîme sur la pierre d'achoppement de l'itération. Sur bien des points son travail est à situer dans le domaine de la photographie conceptuelle à mi-chemin de Francesca Woodman, Cindy Sherman et Vanessa Beecroft. On peut également déceler de nombreux hommages aux grandes figures du féminisme de l'art moderne, notamment Valie Export ("Jeans", 2016), Ana Mendieta et Carolee Schneemann.

talia-chetrit_photography

L'Origine du Monde et l’œil de la photographie

Talia Chetrit épaissit le propos en se mettant en situation d'Origine du Monde.  En effet, elle est fréquemment son propre modèle et prend la pause en pastichant les images des autofictions telles qu'on les trouve sur Facebook ou Instagram. Elle introduit néanmoins l'incongruité en exposant au premier plan sa vulve dans des contorsions parfois inspirées de la pornographie ou des selfies sirupeux des bimbos du web. En outre, le rappel constant du sulfureux tableau de Gustave Courbet met en exergue l'occultation des femmes derrière les images de la "féminité" et de l'érotisme conventionnel.

L'autoportrait nue en posture d'Origine du Monde, comme une source ou un retour de l'image à son origine, trouble définitivement les catégories rassurantes prétendant isoler l'intimité privée du regard narcissique publique. 

Par-delà une première impression de superficialité et de provocation facile on perçoit la complexité du travail de l'artiste qui nous fait franchir les fragiles limites de la bienséance pensante.

D'autres séries explorent soit l'ambigüité de toute photographie à la suite des trois Thomas de la photographie objective allemande (Thomas Ruff, Thomas Struth, Thomas Demand), soit la frontière poreuse, dans le registre de la photographie, entre l'intime, le privé et ce qui est offert sciemment ou accidentellement.

Voir, vu et être vu

Talia Chetrit, dans la série "Streets" (2015/...), (un hommage sarcastique à la Street Photography (voir notre article)), file la métaphore de l’anonymat et du voyeurisme photographique à la longue focale, qui dérobe des moments anonymes (les passants newyorkais) et extrait dans le même temps un moment privé dont le secret demeure insondable. Elle multiplie les plans intermédiaires (rideaux, montants de fenêtres, reflets du photographe) qui sont comme autant d’obstacles qui occultent partiellement l’objet scopique comme ils dissimulent et révèlent le voyeur.

talia-chetrit_mackbooks_showcaller

Talia Chetrit, 'Streets #5', 2018 in Showcaller (MACK, 2019). Courtesy the artist and MACK.

Dans la série « Sex » (2016/…) elle se met en scène avec un partenaire sexuel photographiant au moyen d’un déclencheur filaire leurs ébats dans des cadres bucoliques et kitsch. La construction conceptuelle est identique aux séries précédentes : le voyeur qui est en tant que regardeur derrière l’objectif, l’objet scopique complice de l’échange et donc en situation d’exhibitionniste déclenchant lui-même l’instant de la capture. Talia Chetrit s’évertue donc à faire bouger toutes les frontières, l’actif et le passif, le sujet réifié et le voyeur dévoilé et piégé, etc.

talia-chetrit_photography

Talia Chetrit. 'Untitled (Outdoor Sex #1)', 2018 in Showcaller (MACK, 2019). Courtesy the artist and MACK.

Dans la série consacrée aux photographies de famille revisitées, elle recadre des images privées en vue de leur octroyer une dimension formelle ou narrative totalement étrangère au référent initial.

L’essentiel de sa démarche consiste donc à mettre le scopique et son medium (l’œil de la photographie) au centre du dispositif conceptuel en vue de faire céder les fondements déjà bien ébranlés de l’image en général et de la photographie en particulier (voir notre article).


talia-chetrit_photography


talia-chetrit_photography


talia-chetrit_photography


talia-chetrit_mackbooks_showcaller

Talia Chetrit, 'Untitled (Bottomless #4)', 2015, in Showcaller (MACK, 2019). Courtesy the artist and MACK.


talia-chetrit_mackbooks_showcaller

Talia Chetrit, 'Self-portrait (all fours)', 2017 in Showcaller (MACK, 2019). Courtesy the artist and MACK.


"Showcaller", Première monographie consacrée à Talia Chetrit

MACK books 
OTA bound paperback with flaps
29 x 22 cm
Publication date: January 2019
ISBN: 978-1-912339-41-9


 Talia Chetrit est représentée par la galerie Kaufmann Repetto


Courtesy the artist, Courtesy MACK, courtesy Kaufmann Repetto gallery.

© Talia Chetrit.


talia-chetrit_mackbooks_showcaller

Talia Chetrit, 'Daphne (Foot)', 2013/2016 in Showcaller (MACK, 2019). Courtesy the artist and MACK.

Newsletter AF

A voir Aussi

henry-wessel_street-photography_dark-thread_mep

Henry Wessel, photographie et déambulations californiennes

Henry Wessel est un photographe de rue, il divaguait avec son Leica se disposant au hasard, puis revenu au studio un long travail de maturation, parfois de plusieurs années, commençait, une sorte de récollection où la photographie se révèle dans sa véritable singularité. Le photographe californien créait donc a posteriori des ensembles dont il finissait par déceler l’agencement formel propice à de nouveaux récits totalement étrangers à la prise de vue initiale.

hicham-berrada_installation_chimestry

Hicham Berrada, paysages entropiques et peinture alchimique

Hicham Berrada se présente comme peintre, un peintre alchimiste qui crée ex nihilo des paysages fantastiques à partir de réactions physiques et chimiques plus ou moins complexes.

raphael-dallaporta_niepce_photography

Raphaël Dallaporta, Les évidences vacillantes de la photographie

Raphael Dallaporta est un photographe qui sous des dehors de documentaliste nous livre à la fois des faits, mais aussi une critique très élaborée et subtile du médium photographique et de l’image en général. Il glisse en outre constamment dans ses images une réflexion mélancolique sur le devenir, la vie, l’histoire et la violence. La plupart de ses inventaires sont tels des vanités.

serban-savu_painting_romania

Serban Savu, romantisme et social réalisme poétique

Serban Savu avec Adrian Ghenie fait partie de l’Ecole de Cluj mais chez Savu l’expressionnisme fait place à une sorte de post réalisme socialiste poétique.

luc-tuymans_painting_david-zwirner

Luc Tuymans, peinture et soustraction

Luc Tuymans pratique la peinture comme une oscillation entre dissipation et révélation du visible, son art s’efforce de figurer l’ineffable, et en particulier ce que la violence occulte quand la raison est stupéfaite.

pierrre-leguillon_fondation-ricard_learning-from-looking

Pierre Leguillon, Learning from Looking

Pierre Leguillon, après avoir passé plusieurs mois au Japon, nous invite à la Fondation Ricard à un parcours qui n’est plus exposition et pas encore un voyage.

Talia Chetrit oeuvres

Pin It on Pinterest

Share This