Simon Evans Palais de Tokyo

Accueil » art contemporain » Simon Evans Palais de Tokyo | Par Thierry Grizard, publié le 26 février 2016, modifié le 1 janvier 2019

Simon Evans | “Not Not Knocking On Heaven’s Door”

Simon Evans n'est pas une personne unique mais un duo : Simon Evans et Sarah Lankan. Ce duo de plasticiens fait de son quotidien le sujet d’une œuvre sur papier, ou plutôt une œuvre de papier, de notes, voire de Post-it.

simon evans, sarah-lannan, prix-canson, palais-de-tokyo, solo-show, painting, 2016, the-light-of-the-light

C’est donc un duo qui porte un seul nom, une identité à la Janus qui à partir des résidus personnels du quotidien compose des collages à deux, d'un fux existentiel indifférencié.

Ces collages sont comme des murs d’images à la Facebook, des plans qui sont comme autant de labyrinthes des états d’esprit ou encore des To Do List et des" Mandala" idiosyncrasiques.

simon-evans, sarah-lannan, prix-canson, palais-de-tokyo, solo-show, painting, 2016, the-light-of-the-light

© Simon Evans. Courtesy Palais de Tokyo.

Il y aussi des mosaïques composées avec des notes passées au broyeur avec lesquelles les deux artistes, ou l’entité Simon Evans, représentent des paysages symboliques, telle cette chute d’eau, évoquant évidemment le devenir, les flux de conscience, etc.

L’exposition assez modeste est conçue elle même comme un labyrinthe et est baignée dans une faible lueur aussi douce et chaude qu’une matinée ensoleillée.

Ce manque de contraste général rend la lecture "voyeuriste" de ces fragments de vie très difficile, il faut se rapprocher si près pour discerner les messages toujours partiels ou presque effacés, que les visiteurs donnent l’impression de vouloir tendre l’oreille à un message inaudible.

On est entre le selfie, le journal et une géologie du présent.


simon evans, sarah-lannan, prix-canson, palais-de-tokyo, solo-show, painting, 2016, the-light-of-the-light

© Simon Evans. Courtesy Palais de Tokyo.


simon-evans, sarah-lannan, prix-canson, palais-de-tokyo, solo-show, painting, 2016, the-light-of-the-light

©Simon Evans. Courtesy Palais de Tokyo.


simon-evans, sarah-lannan, prix-canson, palais-de-tokyo, solo-show, painting, 2016, the-light-of-the-light

©Simon Evans. Courtesy Palais de Tokyo.


C’est à voir au Palais de Tokyo
Du 19 février au 16 mai 2016.

Note : Simon Evans et Sarah Lennan ont été lauréat du Prix Canson en 2014. Ils sont nés respectivement en 1972 et 1984.


SIMON EVANS | “Not Not Knocking On Heaven’s Door”.

Palais de Tokyo
Du 19 février au 16 mai 2016.


Voir aussi:

A voir Aussi

apolonia-sokol,painting,group-show,marion-bataillard

Marion Bataillard, j’aime à la galerie Henri Chartier

Marion Bataillard a carte blanche à la galerie Henri Chartier, elle regroupe sous un titre explicite : “J’aime”, rappelant ironiquement les réseaux sociaux, des peintres figuratifs qui questionnent le désir de peindre encore des figures.

aurore pallet, peinture, artiste peintre

Aurore Pallet, les obscurs boréals

Aurore Pallet est une jeune artiste peintre française qui travaille au moyen de glacis complexes sur les pénombres et la lumière qui peut en émaner, son oeuvre est une forme de réflexion(s) dans tous les sens du terme.

pixy-liao

Pixy Liao, la voix des corps

Pixy Liao est une jeune photographe chinoise qui dans une facture minimaliste, frontale, parfois cocasse interroge la masculinité, le rapport homme/femme et plus généralement l’intersubjectivité.

markus-akesson,painting,galerie-da-end,art-contemporain,art-exhibition,surrealism

Markus Akesson les apostrophes surréelles

Markus Akesson pour employer un terme à la mode est un peintre “disruptif”. Cette œuvre nous parle longuement et durablement mais on ignore de quoi !

thomas-struth-munchen-photography-exhibition

Thomas Struth ou la photographie de la banalité

Thomas Struth est une des figures majeures de la Photographie Objective allemande, il se caractérise par une photographie presque sans qualité susceptible de créer des décalages révélateurs.

jean-baptiste-boyer,painting,realism,néo-réalisme,exhibition,galerie-laure-roynette,paris,france

Jean-Baptiste Boyer, la satire du néo-réalisme

Jean-Baptiste Boyer est un jeune artiste peintre français qui, à travers une reprise ironique du “grand style” , dépeint sinon des caractères tout du moins des états, pour être précis des vanités, celles de la “vie moderne”.

Pin It on Pinterest

Share This