Paul Rebeyrolle, peindre et vivre

Accueil » art contemporain » Paul Rebeyrolle, peindre et vivre | Par Thierry Grizard, publié le 2 janvier 2017, modifié le 3 janvier 2019

Paul Rebeyrolle et du réalisme

Paul Rebeyrolle : “On parlait de Courbet à propos de ma peinture d’autrefois. C’est maintenant que je commence à être d’accord, à cause de cette connaissance qu’il avait des verts, de la lumière, de la structure intime de ce que le réalisme facile ne voit et ne traite que de l’extérieur.”

paul-rebeyrolle_painting

Paul rebeyrolle (1926/2005), est un peintre français relativement indépendant même si on peut le rattacher au néo-expressionisme et le matiérisme et qu’il a été affilié au mouvement de la Nouvelle Figuration. Paul Rebeyrolle quant à lui a toujours revendiqué sa filiation à Gustave Courbet. En ce sens il est bien un réaliste par son attachement à la matérialité des choses et son désir d’insuffler à son œuvre la chair de la vie des hommes, d’où l’aspect extrêmement organique de ses tableaux où viennent se sédimenter toutes sortes de matériaux, qui vont de rebus divers aux excrements d’oiseaux ou la poussière de la terre elle même. En outre, si on resitue son œuvre dans le temps, il s’inscrit effectivement dans le retour au réalisme en opposition aux avant-gardes conceptuelles et l’art abstrait régnant sans partage dans les années 60. Par ailleurs, Paul Rebeyrolle était un communiste engagé son œuvre parfois violente exprime souvent cette révolte permanente contre les injustices sociales et politiques. Il disait lui même: “Je me demande si je ne pense pas autant à la vie et aux conditions de vie des individus qu’à la peinture” Cette huile sur papier issue d’une collection privée est assez significative du caractère souvent organique de l’œuvre de l’artiste.

paul-rebeyrolle_painting

Paul Rebeyrolle. Rétrospective à Eymoutiers, L'Espace Paul Rebeyrolle,

consacre une grande rétrospective à l'hôte des lieux. Un parcours qui va des débuts oscillant entre Picasso et Courbet jusqu'à la maturité de l'œuvre dionysiaque, terrienne et militante de Paul Rebeyrolle. Le peintre se définissait lui même comme naturaliste, mais aussi comme un individu engagé politiquement, l’un n’allant pas sans l’autre pour Paul Rebeyrolle. Une politique désincarnée n’est pas engagée mais carriériste. Un naturalisme sans engagement dans la réalité social n’est qu’un discours. Ce parti-pris explique à quel point Paul Rebeyrolle pouvait se sentir en bonne compagnie avec Courbet.

paul-rebeyrolle_painting_espace-rebeyrolle


paul-rebeyrolle_painting_espace-rebeyrolle