Skip to content
ARTEFIELDS, magazine d'art & photographie

Olafur Eliasson à Versailles

Accueil » art contemporain » Olafur Eliasson à Versailles | Par Thierry Grizard, publié le 10 juillet 2016, modifié le 14 novembre 2019

Olafur Eliasson le palatial et l'écologique

La nature simulée et le théâtre végétal

olafur eliasson,versailles,2016,installation,contemporary-art,art,land-art

© Olafur Eliasson.

L'artiste danois tente de prendre possession, ou tout du moins d'y installer sa démarche allusive et faite de mirages aux mécanismes toujours explicites.

Le problème récurrent avec Versailles est, au-delà du poids de l'histoire, l'échelle gigantesque du chateau comme du parc qui sont eux mêmes des installations avant la lettre. Dans ce théâtre du pouvoir il est bien difficile de surajouter une nouvelle machine illusionniste.

Chez Olafur Eliasson par de provocation à la Anish Kapoor, ni de conflit des codes culturels à la Jeff Koons qui ont avant lui tenté de prendre place dans le système hyper communicant de Versailles.

Ce qui frappe tout d'abord, et sans surprise de la part d'Olafur Eliasson, c'est la cohérence et l'honnêteté de la démarche, pas de recherche du scandale tout au contraire un grand minimalisme dans les effets et une grande d'élégance dans les mises in situ.

olafur eliasson,eliasson,versailles,installation,2016,contemporary-art

© Olafur Eliasson.

De ce point de vue les effets de miroir installés dans la galerie des glaces et l'ensemble du Chateau comme des mirages discrets et raffinés fonctionnent plutôt bien.

Dans le parc l'échelle écrasante du site est moins favorable exactement comme ce fut le cas pour toutes les précédentes installations.

Waterfall

La cascade malgré des dimensions déjà impressionnantes ne parvient pas à s'imposer dans la perspective, sans même évoquer le vent très frequent sur le grand canal qui souligne la relative modestie de l'installation.


olafur eliasson,versailles,2016,installation,contemporary-art,art,land-art, land-art

© Olafur Eliasson.

Glacial Rock:

Aux colonnades le propos est plus parlant mais là encore c'est le théâtre du lieu qui domine et étouffe le discours.


olafur eliasson,versailles,2016,installation,contemporary-art,art,land-art

© Olafur Eliasson.

Fog Assembly

Enfin le brumisateur géant est peut-être par calme plat l'installation la plus efficace. Elle déréalise le site, le mirage fonctionne et les visiteurs se prennent avec joie au jeu.


olafur eliasson,versailles,2016,installation,contemporary-art,art,land-art

© Olafur Eliasson.

Donc même si le spectaculaire n'est pas au rendez-vous et si Olafur Eliasson ne parvient pas complètement à imposer sa marque au Chateau, il n'en demeure pas moins que la sophistication épurée et l'honnêteté de la démarche sont convaincantes.


« Je suis enthousiasmé de travailler dans un lieu aussi emblématique que Versailles. Le Château et
ses Jardins sont si riches de sens et d’histoire, de politique, de rêve, de vision, c’est un défi exaltant de
créer une intervention artistique qui modifie le sentiment des visiteurs et offre un point de vue
contemporain sur cet héritage fort. Je considère que l’art est un coproducteur du réel, de notre sens du
présent, de la société et de l’unité des hommes. C’est très inspirant d’avoir à travers l’art l’opportunité
de coproduire la perception actuelle de Versailles » - Olafur Eliasson.


OLAFUR ELIASSON

Chateau de Versailles, Versailles.
Du 6 juin au 30 octobre 2016.


Parcours en images

olafur eliasson,versailles,2016,installation,contemporary-art,art,land-art


olafur eliasson,versailles,2016,installation,contemporary-art,art,land-art

©Olafur Eliasson. Courtesy Le Chateau de Versailles. Photographie: Thierry Grizard.


olafur eliasson,versailles,2016,installation,contemporary-art,art,land-art

©Olafur Eliasson. Courtesy Le Chateau de Versailles. Photographie: Thierry Grizard.


olafur eliasson,versailles,2016,installation,contemporary-art,art,land-art

©Olafur Eliasson. Courtesy Le Chateau de Versailles. Photographie: Thierry Grizard.


Voir aussi

Scroll To Top