Le retour de la peinture d’histoire dans l’art contemporain

Accueil » art contemporain » Le retour de la peinture d’histoire dans l’art contemporain | Par Thierry Grizard, publié le 1 avril 2015, modifié le 3 janvier 2019

Le retour de la peinture d'histoire dans l'art contemporain

De jeunes artistes peintres reprennent à bras le corps l'histoire comme sujet de leur travail. Il ne faut néanmoins pas s'en tenir aux apparences. En effet, cette peinture est rarement historique au sens strict et le sujet n'est parfois qu'un simple prétexte en vue de libérer le travail formel. Cela rappelle un peu la démarche de Gerhard Richter qui en reproduisant des photographies d'actualités tente de se libérer de toute sur-interprétation et subjectivité pour se concentrer sur l'acte de peindre. Ceci dit en s'astreignant ainsi Richter s'éloigne systématiquement de la référence, il reprend ses distances par un travail sur les flous, les  teintes, les glacis.

Chez les jeunes artistes peintres évoqués ci-dessous on retrouve la même obsession à vouloir se déprendre de la référence:

  • Adrian Ghenie se livre à un travail sur la matière, mais aussi efface inexorablement les visages des "monstres" de l'histoire.
  • Giulia Andreani mime l'usure du temps dans des lavis ou des teintes délavées qui exploitent le gris de Payne ou encore efface, comme Ghenie, les visages.
  • Etienne Cail, est très influencé par le mouvement chinois des réalistes cyniques, il convoque les grandes oeuvres des peintres d'histoire pour les détourner à la manière du Pop Art et des artistes chinois tels que Yue Minjun ou le "Political Pop Art".
  • Guillaume Bresson ne se sert des références à l'art classique ou de la renaissance que pour mieux travailler sur la lumière, l'étagement des plans et une scénographie quasi baroque.

La dimension représentative ou critique de la peinture d'histoire est donc bien loin d'être la seule motivation de ces artistes, à l'exception de Giulia Andreani qui se livre avec persistance à un travail critique du langage de l'histoire, de la grande comme de la petite histoire et des signes collectifs qui l'alimentent.

Adrian Ghenie

Adrian Ghenie, peinture contemporaine et histoire.

© Adrian Ghenie, peinture contemporaine et histoire.


Giulia Andreani

Giulia Andreani, peinture contemporaine et histoire.

© Giulia Andreani, peinture contemporaine et histoire.


Guillaume Bresson

Guillaume Bresson, peinture contemporaine et histoire.

© Guillaume Bresson, peinture contemporaine et histoire.


Etienne Cail

Etienne Cail, peinture contemporaine et histoire.

© Etienne Cail, peinture contemporaine et histoire.


Yue Minjun

Yue Minjun, peinture contemporaine et histoire.

© Yue Minjun, peinture contemporaine et histoire.

A voir Aussi

artcurial_auction_danish-painting

Artcurial, le siècle d’or de la peinture danoise

Le Siècle D’Or De La Peinture Danoise, une collection française, 300 tableaux représentatifs des courants picturaux contemporains de Vilhelm Hammershøi mis en vente chez Artcurial

farah-atassi_painting_modernism_ornamental

Farah Atassi, les ornements entropiques

Farah Atassi est une jeune artiste peintre belge à la carrière fulgurante dont le motif essentiel est tiré de l’histoire de l’art moderne et des avant-gardes, elle en fait un inépuisable motif ornemental qu’elle déroule en all over telle une contamination entropique.

claire-tabouret_almine-rech

Claire Tabouret et la Femme qui pleure

Claire Tabouret inaugure à la galerie Almine Rech une nouvelle série. Il ne s’agit plus d’enfants en portrait de groupe, mais de lutteurs qui sont comme une métaphore de la dualité et la relation amoureuse.

david-lefebvre_painting_landscape

David Lefebvre le néo réalisme 2.0

David Lefebvre est en apparence un peintre de paysage mais de paysages entropiques contaminés par le scepticisme concernant la représentation et les jeux discursifs innombrables de la figuration postérieure aux avant-gardes et le Pop Art.

francois-malingrey_painting_courbet_Ornans

François Malingrëy, un nouveau réalisme ?

François Malingrëy est un jeune artiste français qui manipule les codes du réalisme et de l’iconographie de la peinture classique, notamment dans le registre religieux, pour dresser des portraits individuels ou de groupe qui, en réalité, n’en sont pas si ce n’est qu’ils rassemblent d’étranges “figures” catatoniques.

claire-tabouret_fondation-lambert_painting

Claire Tabouret portrait de groupe en altérité

Claire Tabouret expose à la Collection Lambert en Avignon en revenant avec des œuvres récentes et un peu moins sur le thème de l’enfance dont elle dresse des portraits de groupes paradoxaux.

Pin It on Pinterest

Share This