Katinka Lampe, le portrait comme icône

Accueil » art contemporain » Katinka Lampe, le portrait comme icône | Par Thierry Grizard, publié le 4 avril 2016, modifié le 18 avril 2019

Postures, figures et icônes

katinka lampe, les-filles-du-calvaire, portrait, painting, art-paris-art-fair, 2016


Katinka Lampe, ceci n'est pas un portrait !

Katinka Lampe peint des portraits sans pour autant tenter de rendre quoique ce soit de la personne portraiturée. Rien à voir donc avec les grands noms du portrait classique ou moderne. Pas de volonté à la Giacometti de vouloir rendre l’échelle, la dimension du modèle toujours inaccessible, encore moins le souci à la Lucian Freud de se battre avec la matière picturale pour rendre la présence physique, son malaise ou sa facilité à être exposé nu. Il n'y a pas non plus de volonté de rendre la représentation sociale ou symbolique des grands classiques.


katinka lampe, les-filles-du-calvaire, portrait, painting, art-paris-art-fair, 2016


Des portrait ou des Selfies ?

Katinka Lampe, à l’époque des “selfies”, se concentre tout d’abord sur les jeunes gens, adolescents ou jeunes adultes et les figure dans une manière qui mime le classicisme ou la pré-renaissance. Cette manière semble être là pour marquer une distance supplémentaire à des portraits déjà, par la pose du modèle, presque clos. Les visages représentés se refusent au dialogue, soit ils sont fermés, détournés, masqués, soit ils sont rebelles et provocateurs.


katinka lampe, les-filles-du-calvaire, portrait, painting, art-paris-art-fair, 2016


Les personas

On ne sent pas non plus d’affinité entre le peintre et son modèle. Katinka Lampe peint donc des archétypes, des stéréotypes, des attitudes et s’évertue à en faire des masques, des “personas”, (per-sonare : « parler à travers »). Ces figures sont les masques d’une subjectivité polysémique, en écho, en réseau et vidée de sa substance comme le son souvent ces clichés, aux deux sens du terme, qui abondent sur les réseaux sociaux, où ce qui est donné n’est souvent qu’un noeud d’une identité forgée en rhizome, dans la théâtralité de relations virtuelles et factices.

L'IP des portraits

katinka lampe, les-filles-du-calvaire, portrait, painting, art-paris-art-fair, 2016D’ailleurs petit détail révélateur et amusant, les titres des œuvres de Katinka Lampe se réduisent à un nombre énigmatique, qui pourrait être celui d’une archive ou d’une adresse internet d’une image perdue parmi tant d’autres.

Néanmoins, le plus fascinant des “portraits” exposés à la galerie Les Filles du Calvaire lors du salon Art Paris Art Fair de Katinka Lampe est peut-être le plus direct. Une jeune fille couverte d’une résille et qui nous défie ostensiblement. Cette jeune femme ne dit rien d’elle mais nous interpelle, elle est belle et désagréable. C’est ce qui force notre regard !

 

A lire aussi:


  • © Katinka Lampe.
  • Courtesy galerie Les Filles du Calvaire.

Katinka Lampe

Instadentity
Galerie les Filles du Calvaire
18 mai- 15 juin 2019

A voir aussi

jenny-saville-george-economou-collection

Jenny Saville, du corps féminin à l’origine du monde

Jenny Saville, La monumentalité des chairs Jenny Saville (née en 1970), est une artiste peintre d’origine écossaise. Dès ses débuts elle a été suivi comme beaucoup d’autres artistes anglais de la Young British Artists par Charles Saachi, puis son œuvre s’est très rapidement imposée dans le champ de l’art contemporain. Jenny Saville : peindre le…

marlene-dumas, magdelena, naomi-campbell

Marlene Dumas le fardeau de l’image

L’image de la peinture, ici celle de Marie-Madeleine, en tant que véhicule de valeurs est du point de vue de Marlene Dumas un “fardeau” qui nourrit l’ensemble de son œuvre.

jenny saville, the bride, detail, christie, auction, 2017, painter, gender,713 x 1024

Jenny Saville The Bride & Cindy

Jenny Saville chez Christie’s London Lors de la vente Post-War and Contemporay Art Evening Auction du 6 octobre 2017 Christie’s proposera aux enchères deux œuvres de Jenny Saville “The Bride”, 1992, huile sur toile (142 x 98 cm). Estimation: £1,000,000-1,500,000. “Cindy”, 1993, huile sur toile (55 x 46 cm). Estimation: £400,000-600,000. Jenny Saville (née en 1970), est une…

marlene-dumas, painting, art

Marlene Dumas, Figure et figures

Marlene Dumas n’est préoccupée que d’une chose la figure. Elle a presque essentiellement fait, durant toute sa carrière, que des portraits, des vanités, des masques anthropomorphes ou des personnages en pied. Elle peint donc ce que l’on désigne en peinture sous le terme de figure. Or pour la peintre hollandaise, d’origine sud-africaine, reporter sur un cadre restreint des figures, c’est à dire des personnes humaines en pied, ou des demi-figures, soit des hommes ou femmes sous forme de portraits, ne va pas du tout de soi. Le sujet peint, la figure est selon Marlene Dumas, ou emprisonnée, ou s’échappe, ou ne trouve aucune place dans le cadre; rétablir l’équilibre entre la découpe de la surface et la figure, c’est ce qui motive Marlene Dumas à reprendre perpétuellement le motif.

carla-van-de-puttelaar, photography, art-contemporain, women, nude, cranach

Le nu photographique comme portrait – Carla van de Puttelaar

Le nu photographique comme portrait Des portraits de femmes nues, non pas des nus Avec Carla van de Puttelaar le nu photographique  devient portrait. Alors que nous sommes abreuvés de beautés « botoxées » et « photoshopées » la photographe Carla van de Puttelaar nous révèle des femmes ordinaires qui s’exposent avec force dans leurs individualités. Ces photographies de…

Pin It on Pinterest

Share This