Katharina Grosse, projet: “Rockaway”

Accueil » art contemporain » Katharina Grosse, projet: “Rockaway” | Par Thierry Grizard, publié le 2 juillet 2016, modifié le 15 janvier 2019

Rockaway !

katharina-grosse_contemporary-art

Katharina Grosse, (b. 1961, Berlin), avec le projet “Rockaway” poursuit son exploration de l’acte de peindre au sens littéral hors du cadre (de la peinture) au sens littéral également. Après avoir utilisés les sites d’exposition comme espace “pictural”, comme plan tridimensionnel de projection Katharina Grosse sort hors les murs et étend son action à des sites urbains désaffectés. Elle a déjà, (depuis 2003), utilisés des sites extérieurs aux lieux d’exposition traditionnels, mais en restant confinée dans l’espace urbain.
Cette fois Katharina Gosse va à la plage.

Land Art et illusionnisme !

Ce qu’il y a de particulier dans le travail de l’artiste allemande c’est que la projection fonctionne souvent dans un trompe l’œil inversé. L’espace réel tridimensionnel est traité comme une surface plane sur laquelle est projetée la couleur. Il y a un illusionnisme inversé qui sous certain angle donne un sentiment de surimposition qui aplatit la profondeur, redonne un cadre à ce qui est ouvert et multi directionnel. C’est une mise en abîme “conceptuelle” qui s’expérimente, qui se perçoit.

Monumentalité

Ce n’est évidemment pas vraiment nouveau, Gordon Matta-Clark, Georges Rousse et d’autres ont déjà explorée cette voie selon des démarches variées. Katharina Grosse, quant à elle, procède à une échelle plus monumentale avec certaines affinités pour le Street Art. Son travail s’inscrit néanmoins très fortement dans une problématique picturale sur la représentation, le paysage, la gestuelle et le volume en jouant des allers retours entre l’espace physique et la surface de projection certes virtuelle mais visible et dans ce cas tangible.


KATHARINA GROSSE | "Rockaway", Moma.


Voir aussi:

Pin It on Pinterest

Share This