Jim Dine revisite Edward Munch et le Cri à la galerie Daniel Templon

Accueil » art contemporain » Jim Dine revisite Edward Munch et le Cri à la galerie Daniel Templon | Par Thierry Grizard, publié le 12 décembre 2017, modifié le 28 décembre 2018

Jim Dine délivre à la galerie Daniel Templon ses derniers travaux en partie réalisés dans son atelier de Montrouge.

jim-dine,dada,neo-dada,expressionism,daniel-templon,painting,montrouge,pop-art

© Jim Dine. Courtesy galerie Daniel Templon.

La praxis

Jim Dine, 82 ans, n’a qu’une seule préoccupation : une pratique, on pourrait aller jusqu’à dire une praxis, celle de peindre dans l’esprit de la main, de la main de l’artisan promu depuis quelques siècles au statut d’artiste à la subjectivité démiurgique.

Jim Dine, après avoir été un performeur (« The Smiling Workman », 1959 ; « Car Crash », 960) et un artiste étiqueté Pop Art pour ses emprunts à la culture populaire et ses « Combine Painting » à la Robert Rauschenberg (« Four Rooms », 1962), s’est concentré essentiellement sur la matière, la Nature, et l’artisanat comme transformation, en tant qu’acte s’opposant à la théorie. Ce faisant il a participé à l’initiation du mouvement néo-Dada aux Etats Unis. Jim Dine ne s’interdit aucun procédé, aucune technique allant de la photographie à la gravure en passant par la lithographie, la sculpture, le fusain ou les installations.

jim-dine,dada,neo-dada,expressionism,daniel-templon,painting,montrouge,pop-art

© Jim Dine. Courtesy galerie Daniel templon.

L’art et la Vie

Les thèmes sont peu nombreux. On retrouve parmi les motifs récurrents de Jim Dine : l’outil dans toutes ses déclinaisons, peint, en bronze, en tant que tel que tel comme « ready made » ; le cœur quelque fois percé d’un outil ; le corbeau et les crânes ou vanités, Pinocchio fait de la main de l’artisan, qui a donné lieu à de très nombreuses variations en lithographie, les cheveux évoquant des racines ; les arbres tels des cheveux de femme ; les portes ; les vêtements, peignoir ou robe de chambre. Il manifeste par là son désir d’échapper au formalisme et à l’isolement élitiste de l’art pour se consacrer à une exaltation fréquemment véhémente de la vie, toujours matiériste, emplie de vitalité presque dionysiaque, rappelant l’aspect solaire du travail de Takis, dans une veine toutefois plus organique, quelque fois sombre.

jim-dine,dada,neo-dada,expressionism,daniel-templon,painting,montrouge,pop-art

© Jim Dine.

Les « Cris » de Jim Dine

Si Jim Dine est un artiste relativement inclassable et réellement indépendant des mouvements et modes artistiques, il n’en revendique pas moins une filiation forte avec l’expressionnisme, en particulier Edvard Munch et le mouvement Dadaïste dans sa volonté d’abattre les frontières entre l’art, le réel, les disciplines, la science et les arts.

Dans le cadre de cette exposition intitulée sobrement « Montrouge », Jim Dine se confronte de nouveau à Edvard Munch, en l’occurrence une de ses œuvres les plus iconiques et donc, en quelque sorte, « pop » : « Le Cri » notamment les multiples gravures sur bois que le peintre norvégien a exécutées.

Jim Dine en donne une version frontale, beaucoup plus statique que ce qui est offert chez Edvard Munch. Il n’y pas d’arabesques tragiques qui emportent la composition, ces « Cris » sont comme des totems défiant le temps, des idoles inquiétantes, chtoniennes. L’artiste américain travaille en plein pâte dans la couleur comme si elle était une masse sculpturale. Les couches de couleurs se dévoilent ou s’accumulent dans de grands gestes que le sable égrène en longues trainées étoilées ou en sillons épais.

jim-dine,dada,neo-dada,expressionism,daniel-templon,painting,montrouge,pop-art

© Jim Dine. Courtesy galerie Daniel templon.

Le Cri primordial

Chacun de ces « Cris » se décline dans une manière spécifique, tellurique et sablonneuse ; sanguine et monochromatique ; ou atone, aphasique aux couleurs éteintes, balafrées de gestes en creux à la meuleuse.

L’ensemble est moins hallucinatoire que chez Munch mais tout aussi prenant. Il y a un aspect très physique dans ses œuvres qui hurlent effectivement, car si elles sont silencieuses, comme toute peinture, elles résonnent très profondément. Jim Dine suscite en nous une angoisse plus primordiale qu’existentielle à l’inverse du propos du peintre norvégien. Ces pièces procurent également une réaction plus positive, car les « Cris » de Dine ont quelque chose d’originaire, de profondément lié au flux de la vie. Cela s’exprime notamment dans la dynamique si particulière du travail de l’artiste américain qui fait penser à un autre grand artiste de l’énergie vital et l'éloignement de tout formalisme théorisant: Karel Appel.

La parenté est donc très forte, la vision de Jim Dine est d’une autre époque, moins tragique, peut-être tout aussi accablante, il y a probablement aussi une dimension personnelle très prégnante et lié à la réflexion sur la vieillesse et la mort.

jim-dine,dada,neo-dada,expressionism,daniel-templon,painting,montrouge,pop-art

© Jim Dine. Courtesy galerie Daniel Templon.


jim-dine,dada,neo-dada,expressionism,daniel-templon,painting,montrouge,pop-art

© Jim Dine. Courtesy galerie Daniel Templon.


jim-dine,dada,neo-dada,expressionism,daniel-templon,painting,montrouge,pop-art

© Jim Dine. Courtesy galerie Daniel Templon.


jim-dine,dada,neo-dada,expressionism,daniel-templon,painting,montrouge,pop-art

© Jim Dine.


Biographie

Jim Dine vit et travaille à Paris, France et Walla Walla, USA
1935
Né à Cincinnati (Ohio, Etats-Unis) le 16 juin.
1947
Jim Dine perd sa mère à l’âge de douze ans.
1950
Ses grands-parents maternels le prennent en charge. Son grand-père est quincailler dans le domaine du bricolage.
1952

Cours du soir à la Cincinnati Art Academy.
1955/57
Etudes au College of Fine Arts à l’Ohio University à Athens.
1958
Déménage à New York. Il fonde, avec Claes Oldenburg et Markus Ratcliff, la Judson Gallery. Rencontre avec Allen Kaprow, John Cage et Bob Whitman initiateurs aux USA des happenings et performances.
1960
Première exposition personnelle à la Reuben Gallery à New York, où il donne sa performance « Car Crash ».
1964
Participation à la 23e Biennale de Venise au sein du pavillon américain.

1967
Installation à Londres avec sa famille jusqu'en 971
1968
Participation à la Documenta IV.
1970
Rétrospective au Whitney Museum of American Art, New York.
1971
Retour aux États-Unis
1977
Participation à la Documenta VI.
1978
Début de la collaboration avec la Pace Gallery.
1993
Jim Dine enseigne à l'Académie internationale des Beaux-Arts de Salzbourg.
2000
Début de la collaboration avec la Galerie Daniel Templon.

2005

Installation à Walla-Walla.

2013

Inauguration de la sculpture Busan Pinnochio de 9,3 mètres de haut à Busan, Corée.

2016

Quitte la Pace Gallery. Jim Dine est représenté par la galerie Richard Gray, Chicago

A voir Aussi

farah-atassi_painting_modernism_ornamental

Farah Atassi, les ornements entropiques

Farah Atassi est une jeune artiste peintre belge à la carrière fulgurante dont le motif essentiel est tiré de l’histoire de l’art moderne et des avant-gardes, elle en fait un inépuisable motif ornemental qu’elle déroule en all over telle une contamination entropique.

claire-tabouret_almine-rech

Claire Tabouret et la Femme qui pleure

Claire Tabouret inaugure à la galerie Almine Rech une nouvelle série. Il ne s’agit plus d’enfants en portrait de groupe, mais de lutteurs qui sont comme une métaphore de la dualité et la relation amoureuse.

david-lefebvre_painting_landscape

David Lefebvre le néo réalisme 2.0

David Lefebvre est en apparence un peintre de paysage mais de paysages entropiques contaminés par le scepticisme concernant la représentation et les jeux discursifs innombrables de la figuration postérieure aux avant-gardes et le Pop Art.

francois-malingrey_painting_courbet_Ornans

François Malingrëy, un nouveau réalisme ?

François Malingrëy est un jeune artiste français qui manipule les codes du réalisme et de l’iconographie de la peinture classique, notamment dans le registre religieux, pour dresser des portraits individuels ou de groupe qui, en réalité, n’en sont pas si ce n’est qu’ils rassemblent d’étranges “figures” catatoniques.

claire-tabouret_fondation-lambert_painting

Claire Tabouret portrait de groupe en altérité

Claire Tabouret expose à la Collection Lambert en Avignon en revenant avec des œuvres récentes et un peu moins sur le thème de l’enfance dont elle dresse des portraits de groupes paradoxaux.

jenny-saville-george-economou-collection

Jenny Saville, du corps féminin à l’origine du monde

Jenny Saville, La monumentalité des chairs Jenny Saville (née en 1970), est une artiste peintre d’origine écossaise. Dès ses débuts elle a été suivi comme beaucoup d’autres artistes anglais de la Young British Artists par Charles Saachi, puis son œuvre s’est très rapidement imposée dans le champ de l’art contemporain.…

Jim Dine oeuvres

Pin It on Pinterest

Share This