Jeremy Liron les géométries venteuses

Accueil » art contemporain » Jeremy Liron les géométries venteuses | Par Thierry Grizard, publié le 27 novembre 2017, modifié le 21 juillet 2019

Jeremy Liron, mélancolie urbaine

Jeremy Liron est un jeune artiste peintre français née en 1980, agrégé d’art plastique, il mène des activités parallèles de peintre, écrivain et enseignant dans la région de Marseille.

Mélancolie urbaine

Chez Jeremy Liron on trouve tout un vocabulaire de la mélancolie urbaine : des architectures particulières, surtout modernistes et brutalistes, ébranlées par le mistral; des motifs architecturaux semblables à des cairns; des horizons imprécis barrés de troncs déformés; des motifs paysagers étiolés par des réserves polygonales, échappés d’un modèle géométrique tridimensionnel; des arbres étiques malmenés par le vent aux feuillages informes. Il y a encore des ombres obtuses qui crèvent l’espace pictural.

jeremy liron,painting,exposition,galerie-isabelle-gounod,paris,2017,architecture

© Jeremy Liron. Courtesy galerie Isabelle Gounod.

Autant dire que la peinture de Jérémy Liron ne décrit pas, n’imite pas, ne transpose pas. C’est essentiellement une peinture de paysages picturaux, voire mentaux, avec pour problématiques celles de la figuration. Il y a des réminiscences fortes de l’espace cézanien de par les lieux tout d’abord : le midi de la France, la réduction géométrique et « l’éffilochement » des formes par la touche qui étire la matière jusqu’à des coulures assez systématiques qui liquéfient paradoxalement les façades de béton ou les masses végétales.

Le délabrement

Un délabrement qui fait penser aussi bien à Philippe Cognée que Marc Desgrandchamps, l’un pour le milieu urbain, l’autre pour la solitude des figures fantomatiques qui hantent ses toiles.

Un autre peintre français présente certaines similitudes : David Lefebvre qui est de la même génération. Il peint également des paysages, dans son cas, "à la Courbet" en les contaminant d’immixtions empruntées au numérique, comme si après le débat du modernisme le retour à la figuration n’allait pas de soi, comme si le peintre figuratif était torturé par une forme de mauvaise conscience à se livrer au plaisir de représenter. C’est une constante chez tous les héritiers qui retournent au paysage, ils déstructurent, ils avancent en défaisant, ils peignent comme Wittgenstein ou Beckett détricotaient le langage en progressant dans l’énoncé.

jeremy liron,painting,exposition,galerie-isabelle-gounod,paris,2017,tacet

© Jeremy Liron. Courtesy galerie Isabelle Gounod.

Jeremy Liron et les paysages « intranquilles »

Tel est le plan de réalité problématique de ces paysages anonymes et désertés par l’humain. Ils incarnent le débat du langage pictural avec lui-même. Ces paysages sont « intranquilles », ils en portent les stigmates. Est-ce pour autant de la peinture métaphysique, des paysages mentaux, des natures mortes d’architecture ? En partie probablement, cependant il y a surtout la prégnance du vide. Le vide physique : celui de l’absence d’habitants du lieu, mais également une poétique de l’ennui, de la déréliction. Une solitude qui s’exprime à travers la présence mélancolique d’abris inhabités et littéralement ex-posés par le soleil du Midi.

jeremy liron,painting,exposition,galerie-isabelle-gounod,paris,2017,tacet

© Jeremy Liron. Courtesy galerie Isabelle Gounod.

Arrêt sur image

De ce point de vue, il y a une similitude étonnante avec certains films d’Antonioni, « la Notte » notamment. Les tableaux de Liron sont comme des arrêts flous sur image de longs et lents travellings sur la ville abandonnée à elle-même, paralysée dans une lumière crue qui transforme chaque pan de mur en déflecteurs. Il en résulte une dynamique immobile des plans aux couleurs réduites, liquides ou parfois plus franches toutefois comme « a fresco», quelque peu à l'image de Morandi. La palette de Jeremy Liron est pauvre et froide, il y a beaucoup de blanc, de vert, de bleu et une épaisseur picturale extrêmement fine qui laisse deviner le support. Il y a aspect catatonique très marquant, une sorte de mélancolie crépusculaire _après la disparition des habitants des lieux_ nonobstant la lumière méridionale qui procure souvent à elle seule la structure de la toile.

jeremy-liron,painting,exposition,galerie-isabelle-gounod,paris,2017,architecture

© Jeremy Liron. Courtesy galerie Isabelle Gounod.

De la beauté du vide

Chez Liron il n’y a donc pas de sentimentalité, d’empathie avec le lieu, si ce n’est pour en souligner la vacuité, parfois de manière sculpturale, quelque fois dans un rendu totalement déstructuré. Le lieu est contingent, pourtant essentiel dans le désir du peintre d’exprimer une forme de désarroi qui rappellent en négatif le romantisme. Ces paysages sont des « vanités « ou des « memento Mori » qui pointent constamment vers le vide qui les habite. Les réserves noires (les ombres totalement bouchées) ou les polygones blancs sont les béances par lesquelles le vide du lieu communique avec celui du paysage pictural, ils s’y rejoignent et procurent l’effet d’abime si significatif de cette peinture de l’ennui et la déréliction.

jeremy-liron,painting,exposition,galerie-isabelle-gounod,paris,2017,tacet

© Jeremy Liron. Courtesy galerie Isabelle Gounod.


Représenté par la galerie Isabelle Gounod, Paris.
Présenté par la galerie du Canon, Toulon


Exposition personnelle à la galerie Isabelle Gounod

Jeremy Liron | Tacet

Du 25 novembre au 23 décembre 2017.


Site de l'artiste

A voir Aussi

david-lefebvre_painting_landscape

David Lefebvre le néo réalisme 2.0

David Lefebvre est en apparence un peintre de paysage mais de paysages entropiques contaminés par le scepticisme concernant la représentation et les jeux discursifs innombrables de la figuration postérieure aux avant-gardes et le Pop Art.

claire-tabouret_almine-rech

Claire Tabouret et la Femme qui pleure

Claire Tabouret inaugure à la galerie Almine Rech une nouvelle série. Il ne s’agit plus d’enfants en portrait de groupe, mais de lutteurs qui sont comme une métaphore de la dualité et la relation amoureuse.

francois-malingrey_painting_courbet_Ornans

François Malingrëy, un nouveau réalisme ?

François Malingrëy est un jeune artiste français qui manipule les codes du réalisme et de l’iconographie de la peinture classique, notamment dans le registre religieux, pour dresser des portraits individuels ou de groupe qui, en réalité, n’en sont pas si ce n’est qu’ils rassemblent d’étranges “figures” catatoniques.

jean-baptiste-boyer,painting,realism,néo-réalisme,exhibition,galerie-laure-roynette,paris,france

Jean-Baptiste Boyer, la satire du néo-réalisme

Jean-Baptiste Boyer est un jeune artiste peintre français qui, à travers une reprise ironique du “grand style” , dépeint sinon des caractères tout du moins des états, pour être précis des vanités, celles de la “vie moderne”.

marion-bataillard,painting,expressionism,bacchanales

Marion Bataillard, le mental et le physique

Marion Bataillard est une jeune artiste qui questionne le corps, la sexualité et surtout la présence, dans tous les sens du terme, du peintre et de son modèle à travers une figuration complexe et paradoxale.

paul-rebeyrolle_painting

Paul Rebeyrolle, peindre et vivre

Paul Rebeyrolle de par son propre fait a été considéré comme un héritier de Gustave Courbet, mais c’est à entendre avant tout comme attachement à la matérialité de la toile et du souci des vivants qui habitent et font exploser la surface picturale du dionysos limousin.

katinka-lampe_filles-du-calvaire_instadentity_solo-show

Katinka Lampe, le portrait comme icône

Katinka Lampe peint des portraits comme des icônes, c’est à dires des images archétypales ou selon la perspective stéréotypiques, ces portraits sont avant tout des postures et attitudes.

Jeremy Liron oeuvres

Pin It on Pinterest

Share This