Jean-Baptiste Boyer, la satire du néo-réalisme

Accueil » art contemporain » Jean-Baptiste Boyer, la satire du néo-réalisme | Par Thierry Grizard, publié le 13 décembre 2017, modifié le 26 février 2019

Jean-Baptiste Boyer, les anciens et les modernes

Jean-Baptiste Boyer, un jeune artiste peintre français de 27 ans, expose à la galerie Laure Roynette, un étonnant ensemble de toiles néo-réalistes à la dimension sarcastique assez réjouissante.

Entre Goya pour la lumière ainsi que la touche, Courbet pour les pénombres et les chairs picturales et Manet pour l'étrangeté de la présence physique des personnages, Jean-Baptiste Boyer dépeint un univers profondément libidinal quoique qu’artificiel et constamment décalé par les mises en scènes baroques qu'il élabore dans l’excès référentiel distancié.

jean-baptiste-boyer,painting,realism,néo-réalisme,exhibition,galerie-laure-roynette,paris,france

© Jean-Baptiste Boyer

Les portraits de ce jeune artiste peintre n’en sont pas vraiment. A l’instar d’un Michaël Borremans, il recherche la rupture par l'invraisemblance des situations empruntées à l’histoire de l’art et son cortège iconographique.

Bergers veillant sur son troupeau, bourgeois bobo, vanités, pastorales, élégies, et natures mortes à la Chardin viennent peupler un univers sombre, théâtral et expressionniste. L’autre artiste peintre qui semble glisser son influence est, de ce point de vue, Adrian Ghenie. La violence capiteuse des chairs est de la même veine.

La mise en scène de ces jeunes gens modernes dans un contexte culturel du passé semble vouloir souligner les codes, les us et habitudes d’une catégorie sociale et d’une classe d’âge. Les paysages évoquant parfois ceux du Titien de la dernière période ne sont évidemment pas une représentation de la Nature, pas plus qu’ils ne l’étaient dans la peinture de la Renaissance. Le fond paysager est un état d'âme, un état de chose, un climat psychologique. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’il est torturé, chaotique. Ces êtres civilisés, jusqu’aux tatouages tribaux à la mode « rebelle », paraissent vains devant le désordre qui les guette en arrière-plan.

jean-baptiste-boyer,painting,realism,néo-réalisme,exhibition,galerie-laure-roynette,paris,france

© Jean-Baptiste Boyer

Paradoxalement, Jean-Baptiste Boyer ne semble pas indifférent à ses modèles, s’il met en exergue la part de futilité et la morbidité des vanités en tous genres, il s’attarde néanmoins sur le désarroi ou la force de caractère de certains, notamment dans les petits formats. Toutefois, on ne s’approche pas non plus du réalisme, du désir de justesse psychologique. L’abandon du modèle à la Lucian Freud ou la défiance parfois sarcastique de certains relèvent probablement davantage des intentions du peintre que d’une description psychologique.

Le réalisme de Jean-Baptiste Boyer est au même titre que chez François Malingrëy ou Katinka Lampe de l’ordre de l’iconique. Ce nouveau réalisme est l'héritier du Pop Art, de Duchamp, il ne peut plus, ne pas conserver, face au motif et au sujet une distance ironique. Ici, on pourrait aller jusqu’à parler de dérision, que soit pour le « grands style » détourné, les éléments descriptifs plus ou moins accusateurs, ou l’iconographie picturale parfaitement factice.

jean-baptiste-boyer,painting,realism,néo-réalisme,exhibition,galerie-laure-roynette,paris,france

© Jean-Baptiste Boyer

La description éminemment subjective de la « vie moderne » que dresse le jeune peintre français repose donc sur la tension et l’écart. A savoir, la distance produite par une manière académique vidée de sa substance mais qui, dans le même temps, dénonce la vacuité et la futilité des atours de la modernité. Le point de jonction entre ces deux pôles de tension semble être, rien d’autre, que la mort et le désir compulsif d’y échapper dans l'étourdissement des chairs, le divertissement oublieux de la finitude de l’existence.


C’est à voir à la Galerie Laure Roynette jusqu’au 13 janvier 2018.
Saison 2  du 31 janvier au 24 février.


© Jean-baptiste Boyer
Courtesy galerie Laure Roynette

Newsletter AF

A voir Aussi

claire-tabouret_almine-rech

Claire Tabouret et la Femme qui pleure

Claire Tabouret inaugure à la galerie Almine Rech une nouvelle série. Il ne s’agit plus d’enfants en portrait de groupe, mais de lutteurs qui sont comme une métaphore de la dualité et la relation amoureuse.

francois-malingrey_painting_courbet_Ornans

François Malingrëy, un nouveau réalisme ?

François Malingrëy est un jeune artiste français qui manipule les codes du réalisme et de l’iconographie de la peinture classique, notamment dans le registre religieux, pour dresser des portraits individuels ou de groupe qui, en réalité, n’en sont pas si ce n’est qu’ils rassemblent d’étranges “figures” catatoniques.

marion-bataillard,painting,expressionism,bacchanales

Marion Bataillard, le mental et le physique

Marion Bataillard est une jeune artiste qui questionne le corps, la sexualité et surtout la présence, dans tous les sens du terme, du peintre et de son modèle à travers une figuration complexe et paradoxale.

jeremy-liron,painting,exposition,paysage,2018,les-silences-de-la-peinture

Jeremy Liron les géométries venteuses

Jeremy Liron est un jeune artiste peintre français qui construit à partir de paysages urbains soumis à la lumière abrupte du sud de la France une élégie picturale.

paul-rebeyrolle_painting

Paul Rebeyrolle, peindre et vivre

Paul Rebeyrolle de par son propre fait a été considéré comme un héritier de Gustave Courbet, mais c’est à entendre avant tout comme attachement à la matérialité de la toile et du souci des vivants qui habitent et font exploser la surface picturale du dionysos limousin.

katinka-lampe_filles-du-calvaire_instadentity_solo-show

Katinka Lampe, le portrait comme icône

Katinka Lampe peint des portraits comme des icônes, c’est à dires des images archétypales ou selon la perspective stéréotypiques, ces portraits sont avant tout des postures et attitudes.

Jean Baptiste Boyer oeuvres

Pin It on Pinterest

Share This