Giacometti, l’aporie du portrait

Accueil » art contemporain » Giacometti, l’aporie du portrait

Giacometti et le portrait “L’idée de faire une peinture ou une sculpture de la chose telle que je la vois ne m’effleure plus. C’est comprendre pourquoi ça rate, que je veux.” – Giacometti. Giacometti qui se questionne sur le problème de l’existence même du modèle et de l’impossibilité de reproduire ce qui est vu. Catharsis ?…

Giacometti et le portrait

“L’idée de faire une peinture ou une sculpture de la chose telle que je la vois ne m’effleure plus. C’est comprendre pourquoi ça rate, que je veux.” – Giacometti.

Giacometti qui se questionne sur le problème de l’existence même du modèle et de l’impossibilité de reproduire ce qui est vu.

giacometti
Catharsis ?

Dada, les conséquences nihilistes Duchampiennes, ne sont pas loin, mais le peintre suisse refuse de renoncer à une pratique dont il pense pourtant qu’elle sera sans succès. Pour lui la finalité elle même de rendre le motif a perdu son sens.

Tautologies !

D’où cette idée que ces portraits-prétexte durant lesquels il soumettait le modèle au joug de la pose sont tautologiques. Ils ont pour sujet leur processus même, le modèle n’est plus alors qu’un des éléments du processus.

C’est presque une mise en application du principe d’incertitude dans le champ de la création artistique, en l’occurrence picturale. L’interaction elle même rend l’approche indéfiniment inaccessible, dés lors l’expérience devient sont propre mobile un tant soit peu mortifère.

C’est une tautologie butant sur l’aporie de la figuration et le désir compulsif de continuer à exercer sa pratique.

Il y a chez Giacometti beaucoup de Beckett.

« (…) il faut continuer, je ne peux pas continuer, il faut continuer, je vais donc continuer, il faut dire des mots, tant qu’il y en a, il faut les dire, jusqu’à ce qu’ils me trouvent, jusqu’à ce qu’ils me disent, étrange peine, étrange faute, il faut continuer, c’est peut-être déjà fait, ils m’ont peut-être déjà dit, ils m’ont peut-être porté jusqu’au seuil de mon histoire, devant la porte qui s’ouvre sur mon histoire, ça m’étonnerait, si elle s’ouvre, ça va être moi, ça va être le silence, là où je suis, je ne sais pas, je ne le saurai jamais, dans le silence on ne sait pas, il faut continuer, je ne peux pas continuer, je vais continuer. » – Samuel Beckett, L’innommable, Les éditions de Minuit, 1953


Voir aussi:

Newsletter

maurizio-cattelan_contemporary-art

Maurizio Catellan et la banane comédienne

Maurizio Cattelan après plusieurs années d’absence fait, avec une banane, un retour tonitruant sur la scène de l’art contemporain et son marché.

peter-hujar-photography-jeu-de-paume-museum

Peter Hujar , portraits de l’underground new-yorkais

Peter Hujar est un photographe américain emblématique des années underground new-yorkaise des années 70/80. Il réalisait des portraits saisissants du temps qui glisse entre les vivants et les morts.

sally-mann_auction_christies_new-york_2019

Sally Mann au musée du Jeu de Paume. A thousand crossings

Sally Mann expose au musée du Jeu de Paume depuis le 18 juin 2019. Il s’agit là de la plus grande rétrospective consacrée à la photographe américaine en France. L’exposition a pour centre d’intérêt la relation de Sally Mann au Sud des États des Unis. Le grand mérite de cette focalisation est de pointer le cœur de l’oeuvre de Sally Mann.

tomas-saraceno_contemporary-art_antropocene

Tomàs Saraceno et les araignées du musée

Tomàs Saraceno, l’architecte plasticien, nous propose dans ses multiples projets des utopies visibles et palpables, la plupart lui sont inspirées par le monde des araignées.

cindy-sherman_photography_visual-artist

Cindy Sherman The Picture Generation

Cindy Sherman, la représentante la plus fameuse de la Picture Generation avec Richard Prince, a fondé tout son travail sur le travestissement et les simulacres, en portant des masques parodiques elle tente de montrer ce qui se cache derrière eux.

philippe-cognee_art-exhibition_templon-gallery_paris_2020

Philippe Cognée et la décrépitude

Philippe Cognée se distingue notamment par sa technique à l’encaustique qui l’autorise à rendre la décrépitude visible sur et hors la toile.