Gerhard Richter vs Anselm Kiefer

Accueil » art contemporain » Gerhard Richter vs Anselm Kiefer

Anselm Kiefer « vu » par Gerhard Richter ! Du « décor de théâtre grandiloquent » ? Gerhard Richter: « Exposition Kiefer. Ces prétendus tableaux. Ce n’est pas de la peinture. Il leur manque l’essentiel, et même si, d’emblée, ils ont la fascination choquante du macabre, au bout d’un certain temps, ces « tableaux » expriment ce qu’ils sont réellement : une substance…

Anselm Kiefer « vu » par Gerhard Richter !

Du « décor de théâtre grandiloquent » ?

Gerhard Richter: « Exposition Kiefer. Ces prétendus tableaux. Ce n’est pas de la peinture. Il leur manque l’essentiel, et même si, d’emblée, ils ont la fascination choquante du macabre, au bout d’un certain temps, ces « tableaux » expriment ce qu’ils sont réellement : une substance informe et amorphe, une croûte qui ressemble à de la soupe figée, une crasse répugnante, un simulacre de naturalisme qui, graphiquement, a, au mieux, l’efficacité d’un décor de théâtre. L’ensemble s’exhibe avec un pathos et une ostentation indéniables, d’autant plus que le contenu repose sur un prétexte littéraire, illustré par un tas d’immondices. L’autre prétexte est l’anecdote tirée à l’arrachée des tiroirs de l’histoire, pour profiter du fait que, tant qu’on évitera de définir les choses, tout est bon pour suggérer des associations. La seule chose que je redoute est de peindre aussi mal. »

Extrait de: Gerhard Richter. « Textes, 1962-1993. » Les Presses du réel.


Gerhard Richter, Anselm Kiefer:

Deux peintres polymorphes héritiers de l’art conceptuel

  • L’un, Richter, qui lutte contre l’envahissement du signifié, du narratif dans le registre de l’expression plastique et tend à un minimalisme paradoxal dans la mesure où il refuse de renoncer au rapport au « réel ». On pourrait même dire qui tient absolument à conserver un référent pour mieux se concentrer sur la surface .
  • L’autre, Kiefer, qui déborde la peinture dans une sorte d’art total post-romantique où le sens fait du tableau un élément d’une sorte de processus plus général. La surface devient un organisme dont le peintre lui même fait partie.
  • D’un côté, une voie ascétique et en lutte contre les effets, ceux du « style », de la subjectivité, de « l’ex-pression ».
  • De l’autre côté, un excès constant et beaucoup de grandiloquence brutale appuyée sur un contenu, (dans tous les sens du terme), à délivrer avec toujours une certaine roublardise.

anselm kiefer, gerhard richter, centre-pompidou, retrospective, exhition, museum, painting, paris, france, 2016, 2015

Newsletter

maurizio-cattelan_contemporary-art

Maurizio Catellan et la banane comédienne

Maurizio Cattelan après plusieurs années d’absence fait, avec une banane, un retour tonitruant sur la scène de l’art contemporain et son marché.

peter-hujar-photography-jeu-de-paume-museum

Peter Hujar , portraits de l’underground new-yorkais

Peter Hujar est un photographe américain emblématique des années underground new-yorkaise des années 70/80. Il réalisait des portraits saisissants du temps qui glisse entre les vivants et les morts.

sally-mann_auction_christies_new-york_2019

Sally Mann au musée du Jeu de Paume. A thousand crossings

Sally Mann expose au musée du Jeu de Paume depuis le 18 juin 2019. Il s’agit là de la plus grande rétrospective consacrée à la photographe américaine en France. L’exposition a pour centre d’intérêt la relation de Sally Mann au Sud des États des Unis. Le grand mérite de cette focalisation est de pointer le cœur de l’oeuvre de Sally Mann.

tomas-saraceno_contemporary-art_antropocene

Tomàs Saraceno et les araignées du musée

Tomàs Saraceno, l’architecte plasticien, nous propose dans ses multiples projets des utopies visibles et palpables, la plupart lui sont inspirées par le monde des araignées.

cindy-sherman_photography_visual-artist

Cindy Sherman The Picture Generation

Cindy Sherman, la représentante la plus fameuse de la Picture Generation avec Richard Prince, a fondé tout son travail sur le travestissement et les simulacres, en portant des masques parodiques elle tente de montrer ce qui se cache derrière eux.

philippe-cognee_art-exhibition_templon-gallery_paris_2020

Philippe Cognée et la décrépitude

Philippe Cognée se distingue notamment par sa technique à l’encaustique qui l’autorise à rendre la décrépitude visible sur et hors la toile.