Farah Atassi exposition personnelle chez Xippas

Accueil » art contemporain » Farah Atassi exposition personnelle chez Xippas

Farah Atassi dialogue avec Picasso, entre autres

L'artiste belge Farah Atassi poursuit son travail quasi hypnotique sur l’ornemental sous toutes ses formes. Elle continue aussi de nous proposer d'étranges perspectives en coin, sans issue, qui sont comme de petites niches où l’espace pictural presque prisonnier est envahi par le motif décoratif.

Le travail dans cette exposition à la galerie Xippas se réfère ouvertement à l'histoire de l'art, notamment Picasso. Farah Atassi c'est parfois comme une variation de "La chambre rouge" de Matisse qui serait alimenté par au début de sa carrière la culture "geek" et  aujourd'hui le dialogue avec les grands maîtres, la constante demeurant le signe comme motif.
Ce sera à voir à partir du 11 juin 2016, à la galerie Xippas, Paris.

farah-atassi_xippas-gallery

 En savoir plus: lire notre article intitulé, "Farah Atassi ou l'entropie décorative".

 

Communiqué de presse:

La galerie Xippas est heureuse de présenter la troisième exposition personnelle de Farah Atassi. L’exposition comprend deux nouvelles familles d’œuvres qui s’inscrivent dans la continuité de sa démarche tout en annonçant de nouvelles orientations.
Chaque composition s’articule autour du binôme fond–figure ou fond–objet. Un motif universel qui se décline dans des formes vernaculaires se déploie en all-over. Grâce à une grille au scotch qui accuse la perspective du tableau, les lignes se cassent et se distordent créant une géométrie labyrinthique. Le fond est alors habité par des objets et des corps fabriqués à partir de formes synthétiques et de quasi-signes. Des interstices pleins de tension dynamisent la composition qui est rythmée par l’utilisation d’une palette chromatique élaborée.
Dans la première partie de l’exposition, Atassi se penche sur l’aspect graphique du cubisme pour y prélever des formes, les revisiter et les intégrer dans son univers pictural. Puisant dans l’héritage des grands maîtres, elle s’approprie quelques uns des thèmes classiques de la peintures tels que la nature morte, le nu ou l’atelier et les réactive en appliquant son propre protocole au sein des displays. Dans les toiles Painter et Carnival, des éléments issus des chefs d’œuvre de la peinture sont librement réinterprétés et traduits dans un langage graphique.
Pour la deuxième famille d’œuvres, Atassi s’inspire de l’esthétique psychédélique des années 1970 ainsi que de la théorie du musicalisme tel qu’il a été développé par Henry Valensi. A l’instar de l’op art, ses compositions saturées et complexes génèrent des effets d’illusions optiques où espace et
objets fusionnent. Les toiles se transforment ainsi en surfaces vibrantes qui invitent à une expérience immersive.
Farah Atassi développe une peinture figurative à partir d’un vocabulaire de peintre abstrait. Ses tableaux sont chargés d’une matière épaisse et de repentirs qui contrastent avec la rigueur de ses lignes droites. Ils combinent méticuleusement, à la manière de collages, des formes anachroniques et d’apparence contradictoires, empruntées à la sculpture, la peinture ou le design. Par son attachement absolu à son médium, Farah Atassi invente une peinture à la fois conceptuelle et jubilatoire. 


FARAH ATASSI | Galerie Xippas.

Galerie Xippas, Paris.
Du 11 juin au 30 juillet, 2016.


Voir aussi: