Eugène Leroy, peindre la lumière

Accueil » art contemporain » Eugène Leroy, peindre la lumière | Par Thierry Grizard, publié le 13 mai 2016, modifié le 1 janvier 2019

Eugène Leroy, la lumière dans sa matière

Eugène Leroy (1910/2000, né en France) est un peintre figuratif proche des néo-expressionnistes allemands en particulier Markus Lüpertz et Baselitz.

Il a été représenté notamment par le galeriste de ceux derniers. Il demeure néanmoins à l'écart de tous les courants artistiques. Il est souvent assez "classique" dans le motif et la composition mais dans une touche/une manière expressionniste tendant à l'abstraction et le lyrisme de l'action painting.

On retrouve chez Leroy la même tension entre figuration et abstraction que chez Markus Lüpertz. Cependant à la différence de Lüpertz la reproduction de la lumière, des clairs et des obscurs, des « vibrations atmosphériques », joue rôle un essentiel.


eugene-leroy eugene leroy


Voir aussi:

 

A voir Aussi

claire-tabouret_fondation-lambert_painting

Claire Tabouret portrait de groupe en altérité

Claire Tabouret expose à la Collection Lambert en Avignon en revenant avec des œuvres récentes et un peu moins sur le thème de l’enfance dont elle dresse des portraits de groupes paradoxaux.

adrian-ghenie-jungles-in-paris-2018

Adrian Ghenie, Jungles in Paris

Adrian Ghenie, dans cette nouvelle exposition : “Jungles In Paris” à la galerie Thaddaeus Ropac, fait preuve d’une virtuosité stupéfiante et parvient à se renouveler dans un syncrétisme stylistique presque sauvage et irrespectueux. La virulence habituelle de ses propos, d’ailleurs assez pessimistes, sur l’histoire de l’humanité et sa monstruosité intrinsèque, trouve ici une manière plus personnelle, moins empruntée à Bacon ou autres, de figurer picturalement la brutalité du monde des hommes.

adrian ghenie, biennale-venise, detail, 2015, pavillon-roumain, darwin-room

Adrian Ghenie, la texture des monstres

Adrian Ghenie explore, à travers une peinture figurative bousculée par une forme d’abstraction gestuelle, la monstruosité, la dysmorphie.

jim-dine,edvard-munch,le-cri,expressionism,dadaism,painting

Jim Dine revisite Edward Munch et le Cri à la galerie Daniel Templon

Jim Dine expose à la galerie Daniel Templon un ensemble de grands formats inspirés du “Cri” du peintre norvégien d’Edward Munch.

markus-lupertz_fauvisme_mam

Markus Lupertz un nouveau fauve

Markus Lupertz pose en majesté comme peintre, héritier proclamé d’une longue tradition, il se situe entre le fauvisme, l’expressionnisme et un héritage picassien discret mais omniprésent.

Pin It on Pinterest

Share This