Damien Cabanes, galerie Eric Dupont

Accueil » art contemporain » Damien Cabanes, galerie Eric Dupont | Par Thierry Grizard, publié le 5 avril 2017, modifié le 30 décembre 2018

De l'esquisse comme tableau

Damien Cabanes (1959/..., né en France) peint à grand coup de brosse ce qui se présente à lui par accident ou lors de séances de pose.
C'est toujours schématique, voire structurel, mais pas de volonté de reproduire la perception à la manière cubiste, ni de traduire la nature dans ses volumes à la Cézanne. Evidemment on y pense en voyant son travail, pourtant il y autre chose.
On pourrait aussi évoquer Nicolas de Staël pour les grands gestes brutaux et dynamiques. Mais cette filiation, probablement pas totalement absente, ne permet pas de décrire efficacement le travail de Damien Cabanes.


Damien Cabanes


Le travail de Damien Cabanes n'est pas non plus narratif, c'est plutôt anecdotique. Les toiles de l'artiste sont en quelque sorte des notations qui par élimination des détails, de l'individualité et même dans bien des cas du fond tentent de saisir une singularité.
Finalement, en observant bien, on pense aux encres chinoises de Zhu Da
et autres. Cette piste parait la bonne. Ces tableaux sont des haeccéités visuelles pour ne pas dire des Haïkus. On y trouve la même absence de fond que dans la calligraphie chinoise ou plutôt sa grande présence en tant qu’évidement et la même sobriété de geste dans la manière.


Damien Cabanes


On observe donc chez Damien Cabanes une grande économie de moyen, très peu de pathos, encore moins d’iconographie littéraire ou de référence picturale.
Il y a dans son travail une grande légèreté et parfois de l’humour. C'est une peinture positive du quotidien qui trouve ses sujets à proximité, fréquemment dans la sphère privée. Damiens Cabanes recherche la simplicité dans les moyens comme dans les motifs. Il en résulte un effet de concentration visuelle par réduction renforcée par un sentiment de "vivacité picturale".
Ces tableaux sont comme des annotations désinvoltes mais dans la pâte, la matérialité de la peinture. C’est aussi ce qui caractérise, de manière un peu paradoxale, le travail de Damien Cabanes, car autant il peut-être épuré, autant il peut devenir également terreux et forclos, sans espace de respiration. Le tableau est parfois plein, sans échappée, dans des tonalités qui sont ou très saturées, ou très sombres. L’espace pictural n’en reste pas moins dans la plupart des cas minimal.


Damien Cabanes


C'est à voir à la galerie Eric Dupont.

Du 11 mars au 22 avril, 2017


A lire aussi:


  • © Damien Cabanes.
  • Courtesy galerie Eric Dupont.

A voir Aussi

hicham-berrada_installation_chimestry

Hicham Berrada, paysages entropiques et peinture alchimique

Hicham Berrada se présente comme peintre, un peintre alchimiste qui crée ex nihilo des paysages fantastiques à partir de réactions physiques et chimiques plus ou moins complexes.

raphael-dallaporta_niepce_photography

Raphaël Dallaporta, Les évidences vacillantes de la photographie

Raphael Dallaporta est un photographe qui sous des dehors de documentaliste nous livre à la fois des faits, mais aussi une critique très élaborée et subtile du médium photographique et de l’image en général. Il glisse en outre constamment dans ses images une réflexion mélancolique sur le devenir, la vie, l’histoire et la violence. La plupart de ses inventaires sont tels des vanités.

serban-savu_painting_romania

Serban Savu, romantisme et social réalisme poétique

Serban Savu avec Adrian Ghenie fait partie de l’Ecole de Cluj mais chez Savu l’expressionnisme fait place à une sorte de post réalisme socialiste poétique.

luc-tuymans_painting_david-zwirner

Luc Tuymans, peinture et soustraction

Luc Tuymans pratique la peinture comme une oscillation entre dissipation et révélation du visible, son art s’efforce de figurer l’ineffable, et en particulier ce que la violence occulte quand la raison est stupéfaite.

pierrre-leguillon_fondation-ricard_learning-from-looking

Pierre Leguillon, Learning from Looking

Pierre Leguillon, après avoir passé plusieurs mois au Japon, nous invite à la Fondation Ricard à un parcours qui n’est plus exposition et pas encore un voyage.

coco-capitan_mep_2019_photography

Coco Capitan, “busy living” à la MEP

Coco Capitan est une jeune photographe plasticienne au succès fulgurant, à 27 ans tout juste, une importante rétrospective lui est consacrée à la Maison Européenne de la Photographie, intitulée “Busy Living”.

Pin It on Pinterest

Share This