Damien Cabanes, galerie Eric Dupont

Accueil » art contemporain » Damien Cabanes, galerie Eric Dupont | Par Thierry Grizard, publié le 5 avril 2017, modifié le 30 décembre 2018

De l'esquisse comme tableau

Damien Cabanes (1959/..., né en France) peint à grand coup de brosse ce qui se présente à lui par accident ou lors de séances de pose.
C'est toujours schématique, voire structurel, mais pas de volonté de reproduire la perception à la manière cubiste, ni de traduire la nature dans ses volumes à la Cézanne. Evidemment on y pense en voyant son travail, pourtant il y autre chose.
On pourrait aussi évoquer Nicolas de Staël pour les grands gestes brutaux et dynamiques. Mais cette filiation, probablement pas totalement absente, ne permet pas de décrire efficacement le travail de Damien Cabanes.


Damien Cabanes


Le travail de Damien Cabanes n'est pas non plus narratif, c'est plutôt anecdotique. Les toiles de l'artiste sont en quelque sorte des notations qui par élimination des détails, de l'individualité et même dans bien des cas du fond tentent de saisir une singularité.
Finalement, en observant bien, on pense aux encres chinoises de Zhu Da
et autres. Cette piste parait la bonne. Ces tableaux sont des haeccéités visuelles pour ne pas dire des Haïkus. On y trouve la même absence de fond que dans la calligraphie chinoise ou plutôt sa grande présence en tant qu’évidement et la même sobriété de geste dans la manière.


Damien Cabanes


On observe donc chez Damien Cabanes une grande économie de moyen, très peu de pathos, encore moins d’iconographie littéraire ou de référence picturale.
Il y a dans son travail une grande légèreté et parfois de l’humour. C'est une peinture positive du quotidien qui trouve ses sujets à proximité, fréquemment dans la sphère privée. Damiens Cabanes recherche la simplicité dans les moyens comme dans les motifs. Il en résulte un effet de concentration visuelle par réduction renforcée par un sentiment de "vivacité picturale".
Ces tableaux sont comme des annotations désinvoltes mais dans la pâte, la matérialité de la peinture. C’est aussi ce qui caractérise, de manière un peu paradoxale, le travail de Damien Cabanes, car autant il peut-être épuré, autant il peut devenir également terreux et forclos, sans espace de respiration. Le tableau est parfois plein, sans échappée, dans des tonalités qui sont ou très saturées, ou très sombres. L’espace pictural n’en reste pas moins dans la plupart des cas minimal.


Damien Cabanes


C'est à voir à la galerie Eric Dupont.

Du 11 mars au 22 avril, 2017


A lire aussi:


  • © Damien Cabanes.
  • Courtesy galerie Eric Dupont.

A voir Aussi

antony-gormley_sculpture_angel-of-the-north

Antony Gormley une sculpture est un évènement

Antony Gormley, dans sa nouvelle proposition “Stand” au musée de Philadelphie, peuple encore et toujours le paysage de ses sculptures totémiques.

talia-chetrit_mackbooks_showcaller

Talia chetrit et l’ego-portrait

Talia Chetrit est une jeune artiste conceptuelle américaine qui fait de l’image photographiée et de l’objectif qui la capture le centre de sa démarche, elle assimile l’œil scopique à une Origine du Monde (numérique) qu’elle expose littéralement à travers sa nudité.

dirk-braeckman_photography_belgium_grayscale

Dirk Braeckman le réel en échelle de gris

Dirk Braeckamn est un photographe plasticien belge qui à travers une infinité de nuances de gris tente de rendre la surface sensible et sensuelle du réel.

tomas-saraceno_spider_on-air_palais-de-tokyo

Tomàs Saraceno et les araignées du musée

Tomàs Saraceno, l’architecte plasticien, nous propose dans ses multiples projets des utopies visibles et palpables, la plupart lui sont inspirées par le monde des araignées.

polly-penrose_photography_body-of-work

Polly Penrose autoportrait en accessoire

La photographe anglaise Polly Penrose fait de son corps un accessoire prenant place dans des lieux abandonnés qui deviennent alors des sculptures visuelles

jan-dibbets_raban-maur-bnf-make-it-new

Jan Dibbets, l’art minimal et le moine Raban Maur

Jan Dibbets est ébloui en découvrant “Les Louanges de la Croix” un poème du 9° siècle d’un moine savant Raban Maur. Il fait l’inévitable parallèle avec le minimalisme des années 1960 et 1970 et décide de faire partager, à travers une exposition à la BNF, cette fascinante découverte.

Pin It on Pinterest

Share This