Bruce Nauman à la Fondation Cartier

Accueil » art contemporain » Bruce Nauman à la Fondation Cartier | Par Thierry Grizard, publié le 13 mai 2015, modifié le 12 janvier 2019

Bruce Nauma. Colère !

« Fondamentalement, mon œuvre est issue de la colère que provoque en moi la condition humaine. Ce qui me met en fureur, c’est notre capacité de cruauté, la faculté qu’ont les gens d’ignorer les situations qui leur déplaisent. Ce qui me fascine aussi, c’est de voir comment la colère ordinaire, et même la haine que l’on peut ressentir pour quelqu’un, se transforme en haine culturelle. » _ Bruce Nauman.


bruce nauman, anthro

© Bruce Nauman, Anthro / Socio (1991).

 
 
A deux pas de la Fondation Cartier, dans la rue Emile Richard qui longe le cimetière Montparnasse, il y a quelques SDF - mot bien aseptisé qui ôte jusqu’à la misère au clochard - certains alcoolisés maugréent, braillent des insultes ou vous lancent des regards torves. Ces invectives sonnent comme autant d’appels, des « feed me ! » « Help me ! » « Eat me ! » « Hurt me ! », etc.  dont l’installation de Bruce Nauman est comme le reflet glacial et minimaliste dans un édifice tout aussi acéré de la culture. Voilà à quoi fait penser cette installation, en çela elle a probablement réussi puisqu’elle nous interpelle. En effet, la pièce consiste en un concert vociférant et répétitif d'appels à l'aide d'un homme au visage crispé et projeté tantôt à l'endroit, tantôt à l'envers.
bruce nauman, carrousel

© Bruce Nauman, Carrousel.

 
Le carrousel, installé de façon apparemment saugrenue dans la même salle que Anthro / Socio, s’y trouve finalement après réflexion bien à sa place. Ce manège morbide d’animaux suspendus par le cou et traînant leurs pattes arrières sur le sol au point d’y laisser une trace dérisoire vient bien en complément des appels désespérés et primaux de l’installation Anthro / Socio. Dans leur cercle mécanique de mort, ils sont tout aussi isolés et désespérants.
bruce nauman, untitled

© Bruce Nauman, Untitled, (1970/2009).

 
Dans la dernière salle, une installation de prime abord plus légère : deux danseuses se tenant par les mains tentent de tourner par la seule force de leur corps autour de l’axe d’une horloge schématisée par plusieurs cadrans. Mais elles ne parviennent pas à se synchroniser et leur efforts répétés semblent voués à l’échec. Eternel retour, mort et temporalité, impermanence, fatigue, éloignements et agrippements, unions, désunions sont autant d’images de notre condition dédoublée et répétée en deux projections également désynchronisées. Il s’agit probablement de la pièce la plus subtilement dérangeante pour peu que l’on s’y attarde.
bruce nauman, rogers

© Bruce Nauman, Mr Rogers, (2013).

 

Quant à la pièce du rez-de-chaussée, elle est de la même veine. La pièce consiste en une installation vidéo mettant en scène le jeu répété qui consiste à tenir trois crayons par les seules extrémités de leur mine, apprentissage, échec et recommencement, mais heureusement le chat, Mr. Rogers, remet un peu d’ironie là-dedans !Finalement si on le temps de s'imprégner, ces quatre installations sont saisissantes et constituent un discours muet particulièrement efficace.


  • © Bruce Nauman.
  • Courtesy Fondation Cartier

A voir Aussi

pierrre-leguillon_fondation-ricard_learning-from-looking

Pierre Leguillon, Learning from Looking

Pierre Leguillon, après avoir passé plusieurs mois au Japon, nous invite à la Fondation Ricard à un parcours qui n’est plus exposition et pas encore un voyage.

coco-capitan_mep_2019_photography

Coco Capitan, “busy living” à la MEP

Coco Capitan est une jeune photographe plasticienne au succès fulgurant, à 27 ans tout juste, une importante rétrospective lui est consacrée à la Maison Européenne de la Photographie, intitulée “Busy Living”.

tomas-saraceno_spider_on-air_palais-de-tokyo

Tomàs Saraceno et les araignées du musée

Tomàs Saraceno, l’architecte plasticien, nous propose dans ses multiples projets des utopies visibles et palpables, la plupart lui sont inspirées par le monde des araignées.

jan-dibbets_raban-maur-bnf-make-it-new

Jan Dibbets, l’art minimal et le moine Raban Maur

Jan Dibbets est ébloui en découvrant “Les Louanges de la Croix” un poème du 9° siècle d’un moine savant Raban Maur. Il fait l’inévitable parallèle avec le minimalisme des années 1960 et 1970 et décide de faire partager, à travers une exposition à la BNF, cette fascinante découverte.

ana-mendieta_body-art_jeu-de-peaume-museum

Ana Mendieta, je suis une sculpture

Ana Mendieta était une artiste de la performance et du body art il est pourtant impossible de la cantonner dans ces frontières bien trop étroites pour elle.

cindy-sherman_photography_picture-generation

Cindy Sherman The Picture Generation

Cindy Sherman, la représentante la plus fameuse de la Picture Generation avec Richard Prince, a fondé tout son travail sur le travestissement et les simulacres, en portant des masques parodiques elle tente de montrer ce qui se cache derrière eux.

Pin It on Pinterest

Share This