Art contemporain et temporalité de Rauschenberg à Tony Cragg

Accueil » art contemporain » Art contemporain et temporalité de Rauschenberg à Tony Cragg | Par Thierry Grizard, publié le 16 avril 2015, modifié le 3 janvier 2019

Art contemporain et temporalité

La temporalité ! Peut-on la figurer ?

Le temps existe en peinture à travers soit la narration (Figuration libre/narrative) mais aussi le temps de la création ou encore dans le geste, l’action (Pollock) et son opposé la méditation (Rothko) et la contemplation qu’elle suscite.

Dans le registre des installations, c’est-à-dire au fond la création prenant possession de l’espace par delà le cadre, le temps devient plus évident à suggérer de par les possibilités de mouvements propres à l’œuvre ou à l’interaction du « regardeur » devenu acteur de la pièce. Quant à la photographie elle est par essence aux prises avec le temps dans des sens très variables : celui de la prise de vue, de l’événement capté, par son rapport à l’histoire collective ou individuelle. La sculpture qu’elle soit mobile ou statique a toujours quant à elle été confrontée au temps de par sa présence physique et son ex-istence dans le continuum espace/temps. La sculpture au même titre que l’architecture se confronte physiquement au passage du temps à l’image d’une marque, d’un totem spatial marquant un temps. L’art contemporain a fréquemment abordé cette problématique du temps.


LES ARCHEOLOGUES DE L'ART CONTEMPORAIN :

Sugimoto l’entomologiste de l’uchronie :

Theaters :

L’ère du divertissement vidée de l’humanité qui l’a produite, ne demeure que l’architecture éphémère et la lumière.

hiroshi sugimoto, theaters


Dioramas :

Une archéologie sous forme d’uchronie au sens propre, étymologique comme au sens courant. Sugimoto en utilisant la photographie _qui entretient un rapport consubstantiel avec le temps_ cherche de manière systématique, sérielle, à découvrir ce qu’il y avant et après l’homme dans un jeu distancié et ironique avec le factice, la redondance, le simulacre, ici des animaux naturalisés qui donc ne sont plus mais qui paraissent plus vrais et vivants que nature. L’uchronie est donc double, un non-temps, et ce qui aurait pu être si…

hiroshi sugimoto


Seascapes :

La trilogie de l’eau, l’air, l’horizon et le temps qui a vidé des lieux si fréquentés par les humains, les baigneurs, les touristes, le promeneurs, de toute présence, ne reste qu’un tableau minimaliste des éléments faisant évidemment référence à Rothko que Sugimoto évoque fréquemment. Là encore une étrange archéologie qui exhume par soustraction.

hiroshi sugimoto


Portraits :

Dans la série « portraits, Sugimoto a photographiés des mannequins de cire en reproduisant par le truchement de la lumière et un niveau de détail stupéfiant des références de l’art de la renaissance flamande, donnant ainsi l’illusion d’avoir reproduit un tableau de grand maître alors qu’il ne s’agit que d’un double simulacre. Hormis la mise en cause classique de l’image Sugimoto sollicite l’attention du regardeur afin qu’il discerne l’illusion pour ensuite se plonger à travers le temps qu’il a consacré à l’observation dans la méditation de ce jeu de miroir faisant intervenir plusieurs temporalités où tout se révèle impermanent et incertain. L’entomologiste Sugimoto est au sommet de son art et de son observation cruelle de l’humanité confrontée au temps, à l’incertitude.

sugimoto


Rauschenberg ou la paléontologie du contemporain

Rauschenberg dans ses "combine-painting" se livre non seulement à une critique de l’ère de la consommation de masse mais agit aussi comme un paléontologue qui exhume dans les détritus de la civilisation moderne l’accélération de l’impermanence à travers la capitalisme débridé. Cette fixation des rejets dévalués est, en un sens, une relation critique au temps immédiat sous forme de constat mais aussi une sorte de relevé quasi archéologique.

Rauschenberg


Tony Cragg

Le travail de Tony Cragg s'inscrit dans l'héritage des néo-dadas. Il a commencé par utiliser comme matériaux de ses sculptures des objets banals, des rebuts de l'ère de consommation de masse mais procédant par typologie et similitude à l'instar d'un tri presque scientifique, une archéologie du quotidien.

tony cragg, thaddaeus-ropac, solo-show, sculpture, 2016, paris, france

Après une période figurative l’œuvre de Tony Cragg est devenue plus abstraite, composée essentiellement d'accumulations de volutes et de strates aboutissant à des formes très organiques où l’on peut voir l’héritage de sa formation scientifique dans l’aspect gordien, quasi magmatique, ces formes paraissant presque comme produites par une formule mathématique, mais aussi une paléontologie imaginaire.


Marion Davout le temps en lambeaux

Marion dans ses œuvres exposées à Créteil se livre à une fixation de temps juxtaposés. La toile fixe des avants et des après sous les formes de lambeaux de réalités provenant du passé et de l’avenir, le présent étant probablement suggéré par les espaces non « vides », la simultanéité de la narration/figuration produit un espace pictural déchiré, en lambeaux qui sont prétexte à une archéologie déroutante des traces de la mémoire.

marion davout, artiste-peintre, art-contemporain, galerie-laure-roynette, paris, art-figuratif

 


  • © Hiroshi Sugimoto.
  • © Tony Cragg.
  • © Marion Davout.
  • © Robert Rauschenberg

A voir Aussi

michael-ackerman_photography_solo-show_camera-obscura-gallery_paris_2019

Michael Ackerman, la photographie à fleur de peau

Michael Ackerman est un “street photographer” bien particulier puisque ce qu’il glane n’est rien d’autre que des instantanés d’états émotionnels. De la Street Photography des affects.

sally-mann_photography_solo-show_jeu-de-paume_2019

Sally Mann au musée du Jeu de Paume. A thousand crossings

Sally Mann expose au musée du Jeu de Paume depuis le 18 juin 2019. Il s’agit là de la plus grande rétrospective consacrée à la photographe américaine en France. L’exposition a pour centre d’intérêt la relation de Sally Mann au Sud des États des Unis. Le grand mérite de cette focalisation est de pointer le cœur de l’oeuvre de Sally Mann.

henry-wessel_street-photography_dark-thread_mep

Henry Wessel, photographie et déambulations californiennes

Henry Wessel est un photographe de rue, il divaguait avec son Leica se disposant au hasard, puis revenu au studio un long travail de maturation, parfois de plusieurs années, commençait, une sorte de récollection où la photographie se révèle dans sa véritable singularité. Le photographe californien créait donc a posteriori des ensembles dont il finissait par déceler l’agencement formel propice à de nouveaux récits totalement étrangers à la prise de vue initiale.

hicham-berrada_installation_chimestry

Hicham Berrada, paysages entropiques et peinture alchimique

Hicham Berrada se présente comme peintre, un peintre alchimiste qui crée ex nihilo des paysages fantastiques à partir de réactions physiques et chimiques plus ou moins complexes.

raphael-dallaporta_niepce_photography

Raphaël Dallaporta, Les évidences vacillantes de la photographie

Raphael Dallaporta est un photographe qui sous des dehors de documentaliste nous livre à la fois des faits, mais aussi une critique très élaborée et subtile du médium photographique et de l’image en général. Il glisse en outre constamment dans ses images une réflexion mélancolique sur le devenir, la vie, l’histoire et la violence. La plupart de ses inventaires sont tels des vanités.

serban-savu_painting_romania

Serban Savu, romantisme et social réalisme poétique

Serban Savu avec Adrian Ghenie fait partie de l’Ecole de Cluj mais chez Savu l’expressionnisme fait place à une sorte de post réalisme socialiste poétique.

Pin It on Pinterest

Share This