Alberola, mots et peinture

Accueil » art contemporain » Alberola, mots et peinture | Par Thierry Grizard, publié le 7 mars 2016, modifié le 9 mars 2019

Alberola. Mais avec quoi ça rime ?

Alberola, dans sa démarche est un artiste au pied léger qui affleure avec humour et distance le réel.

jean michel alberola, alberola, daniel-templon, palais-de-tokyo, solo-show, 2016, painting; venture-des-details, paris, france

© Jean-Michel Alberola. Courtesy Palais de Tokyo.


Ce qui caractérise le travail d’Alberola, au vu de la rétrospective que lui consacre la Palais de Tokyo, c’est le questionnement avant tout non pas le la Peinture mais du quotidien. Beaucoup des pièces exposées ne sont pas des œuvres autonomes mais autant de maillons d’un entretien intime avec le réel, la vie en société.

jean michel alberola, alberola, daniel-templon, palais-de-tokyo, solo-show, 2016, painting; venture-des-details, paris, france

© Jean-Michel Alberola. Courtesy Palais de Tokyo


L’œuvre d’Alberola est traversée par la relation au langage et le signifié plus que le sens des choses. L’on entrevoit des jeux de mots et formes qui sont comme les miroirs subtils de moments singuliers.

jean michel alberola, alberola, daniel-templon, palais-de-tokyo, solo-show, 2016, painting; venture-des-details, paris, france

© Jean-Michel Alberola. Courtesy Palais de Tokyo


La forme ici est presque toujours une interrogation en forme de rébus qui est probablement une évocation pudique et détournée de tel ou tel événement privé ou public du moment. L’œuvre est un donc une sorte de journal qui à travers le dialogue érudit avec les formes picturales, photographiques, cinématographiques ou Pop Art tente de rendre compte de l’étonnement presque ingénu face à la complexité et la singularité de la vie de l’homme comme “animal politique”. C’est un autre élément notable chez Alberola, il ne s’agit presque toujours que des humains et de leur environnement matériel et social. Il n’y a pas ou peu de référence à la Nature ou le paysage dans le travail d’Alberola

jean michel alberola, alberola, daniel-templon, palais-de-tokyo, solo-show, 2016, painting

© Jean-Michel Alberola. Courtesy Palais de Tokyo


Hormis la période de jeunesse un peu académique, quoique formellement séduisante, le travail d’Alberola s’égrène donc comme un carnet de notes protéiforme. C’est souvent positif, humoristique, léger comme un gai savoir qui refuse de s’appesantir sur la gratuité des choses et au contraire essaie d’y adhérer et d’en rendre compte avec subtilité.

jean michel alberola, alberola, daniel-templon, palais-de-tokyo, solo-show, 2016, painting; venture-des-details, paris, france

© Jean-Michel Alberola. Courtesy Palais de Tokyo


C’est bourré d’intelligence sans pédanterie. C’est à voir au Palais de Tokyo jusqu’au 16 mai 2016.

JEAN-MICHEL ALBEROLA | L’aventure des détails

Palais de Tokyo

Du 19 février au 16 mais 2016.


Voir aussi

News :

Jean-Michel Alberola

Exposition de groupe
Galerie Daniel Templon, Bruxelles
28 févier - 17 avril 2019

A voir Aussi

claire-tabouret_fondation-lambert_painting

Claire Tabouret portrait de groupe en altérité

Claire Tabouret expose à la Collection Lambert en Avignon en revenant avec des œuvres récentes et un peu moins sur le thème de l’enfance dont elle dresse des portraits de groupes paradoxaux.

vivian-maier-street-photography-selfportrait

Vivian Maier entre ombres et miroirs

Vivian Maier, de manière posthume, est passée en quelques années de l’anonymat total à celui de figure centrale de la Street Photography, pourtant ce rattachement ne rend compte que d’une partie de son oeuvre très variée et souvent paradoxale, exactement telle qu’elle fut de son vivant.

mark-manders-sculpture

Mark Manders, Self-portrait as a building

Mark Manders est un plasticien sculpteur néerlandais qui met en scène d’étranges personnages de glaise qu’il dissèque, sectionne, hybride mais qui demeurent pourtant impassibles. L’artiste les considère comme des autoportraits.

jenny-saville-george-economou-collection

Jenny Saville, du corps féminin à l’origine du monde

Jenny Saville, La monumentalité des chairs Jenny Saville (née en 1970), est une artiste peintre d’origine écossaise. Dès ses débuts elle a été suivi comme…

alex-prager-photography-face-in-the-crowd

Alex Prager le monde en technicolor

Alex Prager est une jeune plasticienne américaine qui à la suite de Jeff Wall pratique une photographie cinématographique qui aboutit chez elle à la réalisation de courts métrages. Elle centre son sujet exclusivement à l’époque des sixties pour mieux faire éclater le modèle des icônes consuméristes.

rinus-van-de-velde-charcoal

Rinus Van de Velde l’écriture figurative

Rinus Van de Velde est un jeune artiste belge qui pratique une peinture autobiographique fictionnelle sous la forme d’une écriture figurative aussi étourdissante qu’un rêve éveillé effréné.

Pin It on Pinterest

Share This