William TURNER. Une bonne peinture peut-elle être pittoresque ?
william-turner, artiste-peintre, romantisme, norham-castle, signac, arasse

William TURNER. Une bonne peinture peut-elle être pittoresque ?

Article publié par Thierry Grizard le 17 juin 2015

William Turner. Une bonne peinture peut-elle être pittoresque ?

Une bonne peinture peut-elle être pittoresque ?

william turner, norham castle, romantism, impressionisme, peintre-de-la-lumiere, artiste-peintre

william turner, norham castle, romantism, impressionisme, peintre-de-la-lumiere.200

William Turner, commentaire de Daniel Arasse

Daniel Arasse, dans son très bel ouvrage sur « Le détail » en peinture aborde le débat qui eut lieu au début du XIX siècle sur le thème du sujet en peinture avec pour toile de fond la bataille entre les classiques, la peinture académique et les modernes.

Il reprend certains textes de Signac à propos de William Turner. Où Signac condamne le souci du détail vériste comme relevant du pittoresque, de l’anecdotique au nom du « pictural », c’est à dire ce qui est proprement plastique et qui appartient au seul champ de la peinture. Pour étayer sa thèse Signac prend pour exemple deux toiles de William Turner.

L’une comme exemple du pittoresque qui accumule inutilement les détails en mettant en danger le « pictural » : « Norham Castle on the Tweed », 1798. Tate Gallery.


william turner, norham castle, romantism, impressionisme, peintre-de-la-lumiere.202
Norham Castle: Colour Study, (1798), aquarelle et graphite, 662 x 838 mm. Tate.

L’autre œuvre convoquée : « Norham Castle on the tweed », 1845, Tate Gallery ; où Turner à gommer tous détails pour ne laisser que vibrer la lumière.

william turner, norham castle, romantism, impressionisme, peintre-de-la-lumiere, artiste-peintre
Norham Castle Sunrise, (1845), huile sur toile, 908 x 1219 mm. Tate.

Certes Turner anticipe la peinture moderne, mais sa volonté était davantage de rendre plastiquement la lumière. Oui Turner dans ses dernières œuvres n’a plus le souci de reproduire, imiter la nature. Il tente de rendre plastiquement la lumière. Il fait d’un coucher de soleil un problème « pictural » qu’il résout magistralement de manière « plastique ».

Nous sommes au seuil de l’espace pictural.


william turner, signac, arasse, norham-castle-on-the-tweed, romantisme.001
Norham Castle on the Tweed, (1816). Tate Gallery.

william turner, norham castle, romantism, impressionisme, peintre-de-la-lumiere, artiste-peintre
Norham Castle at Sunrise, (1830), Aquarelle, 308 x 488 mm. Tate.